mardi 12 juillet 2016

On verra plus tard


S’il n’y avait pas juillet
la côte ouest et ses seins
surtout ses seins en fait
pour oublier la pluie
il finirait dans la chambre
douze de l’hôtel de la plage
par se poser la question
la seule qui vaille au fond
Est-ce que l’envie de mourir
lui vient d’un tempérament
mélancolique et de l’âge
ou de cette belle époque
si clairement dystopique
les deux sans doute les deux
Mais il y a juillet
la côte ouest et ses seins
la pluie qui s’est arrêtée
alors on verra plus tard


© jerome leroy 7/2016