jeudi 1 mai 2014

Frédéric Fajardie, 28 août 1947-1er mai 2008

6 ans, donc, et comme chaque année sur ce blogue rappeler que tu as eu l'élégance de mourir un 1er mai, toi qui avais toujours été du côté de la barricade où se construisent le refus de la résignation, les nouvelles solidarités, le désir fou d'émancipation et les histoires d'amour avec de  jeunes femmes rouges toujours plus belles qu'on embrasse sans lâcher son fusil.
Je te dois tellement de choses, sur le plan personnel et littéraire que dire mon manque chaque année ici est bien la moindre des choses que je puisse faire. Et puis dire aux autres de te lire et te relire, bien entendu. 
Allez, on va Arras, retrouver ton fantôme au salon du livre d'expression populaire et de critique sociale dont tu as été le premier parrain.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

ouverture du feu en position défavorable