jeudi 28 novembre 2013

L'eau, les nuages, le silence et la nuit

"Cependant, dans l’expansion de sa joie, la Lune remplissait toute la chambre comme une atmosphère phosphorique, comme un poison lumineux ; et toute cette lumière vivante pensait et disait : « Tu subiras éternellement l’influence de mon baiser. Tu seras belle à ma manière. Tu aimeras ce que j’aime et ce qui m’aime : l’eau, les nuages, le silence et la nuit ; la mer immense et verte ; l’eau uniforme et multiforme ; le lieu où tu ne seras pas ; l’amant que tu ne connaîtras pas ; les fleurs monstrueuses ; les parfums qui font délirer ; les chats qui se pâment sur les pianos et qui gémissent comme les femmes, d’une voix rauque et douce !"

Charles Baudelaire, "Les bienfaits de la Lune", Petits poèmes en prose.


 "Mais après tout, la seule occasion que nous ayons de lire aujourd'hui pour le plaisir, est de le faire en cours de voyage, et je suis encore assez vieux jeu pour me distraire, de temps à autre, avec un ouvrage non didactique." 

Compton Mackenzie, La République Lunatique