mercredi 25 septembre 2013

Roms à volonté: seulement vingt mille mais tellement pratiques

 paru sur Causeur.fr


Les Roms, en France, sont, d’après les estimations les plus fréquentes, autour de vingt mille. Vingt mille, c’est à peu près la population d’une ville comme Hénin-Beaumont. Je dis cela sans malice. On pourrait leur construire une commune, une fois pour toute. En Lozère, ou en Aveyron. Le problème est que le Rom est nomade. Comme le Lapon. Mais contrairement au Lapon qui vit dans le grand Nord et mange du renne, le Rom vit chez nous et vole des poules quand il est à la campagne et des portefeuilles quand il est en ville.
J’ai beau faire, ce chiffre de vingt mille personnes me tracasse. Ce n’est tout de même pas grand chose, vingt mille personnes. Ou même trente mille. Renvoyer vingt mille personnes chez elle, c’est à dire en Roumanie, et un peu en Bulgarie, ce ne doit pas être si compliqué.
Il paraît qu’on le fait parfois mais que les Roms reviennent. Il faut croire qu’ils ne sont pas très heureux en Roumanie. Qu’être un Rom en Roumanie, c’est un peu comme être un nègre dans un township du temps de l’apartheid. Pourtant, sauf erreur de ma part, la Roumanie est bien un pays européen, je veux dire qui a intégré l’Union Européenne. Je présume qu’il doit bien y avoir  dans la Déclaration européenne des droits de l’homme ou je ne sais quel Traité des obligations qui ne sont pas seulement des directives économiques libérales mais ont un rapport avec la dignité humaine : autoriser l’avortement, ne pas pratiquer la torture dans les commissariats, ne pas laisser des hordes néo-nazies assassiner des rappeurs et donc, aussi, traiter décemment ses minorités. Une obligation à ne pas leur faire une vie tellement impossible qu’ils préfèrent nomadiser en Île-de-France que dans la Bucovine ou la Dobroudja.
Ce n’est pas le cas ? La Roumanie ne veut rien entendre ? Elle ne prend pas de mesures spécifiques pour intégrer les Roms, les faire vivre décemment ? Mais dans ce cas, il faut procéder à des rétorsions, des menaces, des pressions. C’est impossible, me dites-vous ? Il faut respecter la souveraineté des Etats ? Ah bon. Vous reconnaîtrez avec moi que c’est à géométrie variable, cette histoire. Quand il s’agit de mettre au pas, au prix de sacrifices inouïs pour les populations les plus fragiles, les nations grecque, portugaise, espagnole, ça ne pose aucun problème à la Commission. Elle intervient avec la BCE et le FMI et elle est capable de fermer une télévision publique en pleine émission.  Mais il est vrai qu’il est question de gros sous. À la limite, tant qu’un Viktor Orban en Hongrie ne menace pas trop les équilibres budgétaires de l’Union, il peut bien transformer son pays sous nos yeux en un remake de la dictature nationale-catholique de l’amiral Horthy. Alors les Roms, n’est-ce pas, comme ils ne sont pas une dette mais des vraies gens,  l’UE, elle n’en a pas grand-chose à faire.
Et puis soyons honnêtes, c’est très utile, vingt mille Roms en France, finalement. C’est un formidable abcès de fixation. D’abord, ça ennuie surtout les pauvres, qui, à force d’être excédés, finissent par s’en prendre à plus pauvres qu’eux comme ces habitants des quartiers nord de Marseille qui avaient brûlé un camp et viré ses habitants sous l’œil de CRS à peu près aussi motivés que la police grecque quand elle voit Aube dorée massacrer des clandestins. Et quand les pauvres se battent entre eux, ils n’ont pas la tête aux bêtises, comme de se demander pourquoi ils sont aussi pauvres, en fait.
Les Roms, c’est très pratique pour les maires. De temps en temps, les maires virent les Roms de chez eux dans la commune voisine. Si c’est un maire de droite qui fait ça, il prouve qu’il est bien de droite et que seule la droite sait être ferme sur ces questions-là. Il peut même pimenter le tout de propos plus que limites comme Estrosi à Nice ou notre ami Régis Cauche, le maire de Croix. Si c’est un maire de gauche qui expulse, ça lui permet de montrer que la droite n’a pas le monopole du knout, que la gauche aussi sait être ferme, non mais, et de comparer ses biscoteaux avec ceux de ses adversaires.
Au niveau national, en revanche, une partie de la gauche morale se refait la cerise en voyant dans le Rom la figure ultime du damné de la Terre, en faisant de la moraline pour pas cher. Le problème, c’est que même si le Rom est un damné de la Terre, cette gauche-là se croit obligée d’en faire des tonnes pour qu’on ne voie pas qu’elle oublie les autres, de damnés de la Terre, ceux pour qui elle ne peut ni ne veut plus rien faire au nom de l’orthodoxie sociale-libérale : les ouvriers délocalisés, les précaires, les temps partiels imposés, les chômeurs, bref le peuple qui souffre, qui rentre crevé à la maison et qui voit par la fenêtre que tiens, en plus, comme si ça ne suffisait pas, un camp rom vient de s’installer en face.
Quant à la droite et à l’extrême droite, (on a de plus en plus de mal à les distinguer ces temps-ci surtout quand le FN semble plus à "gauche" que l’UMP, y compris sur ces affaires-là), elle prendra le contre-pied, dénoncera le laxisme de la gauche, l’impéritie du gouvernement Ayrault, la mollesse présidentielle. Bref, le scénario habituel.
Vingt mille… Juste vingt mille. Ils ont pourtant redonné à nos paysages urbains une allure oubliée, celle de l’époque honteuse des bidonvilles. Haïssez-les si vous voulez, aimez-les si vous voulez aussi mais n’oubliez pas qu’ils sont avant tout cyniquement instrumentalisés par un système qui a besoin d’eux. Comme on a besoin d’un écran de fumée qui sert, comme il se doit dans le domaine militaire, à masquer sa position et sa situation exacte. 
Situation pour le moins catastrophique en l’occurrence.