dimanche 25 août 2013

Cassé-bleu


"Bormes les Mimosas, 23 juin 1952
Très cher René, 
Merci de ton mot. Cela m'a fait plaisir de te lire. J'étais un peu hagard au début dans cette lumière de la connaissance, la plus complète qui existe probablement, où les diamants ne brillent que l'espace d'un éclat d'eau très rapide, très violent. Le "cassé-bleu" c'est absolument merveilleux, au bout d'un moment la mer est rouge, le ciel jaune et les sables violets, et puis cela revient à la carte postale de bazar, mais ce bazar-là et cette carte, je veux bien m'en imprégner jusqu'au jour de ma mort. Sans blague, c'est unique René, il y a tout là. Après on est différent. Dis, je rentre bientôt. Je t'embrasse. 
 Nicolas" 

Nicolas de Staël se suicide le 16 mars 1955, à Antibes. Céline dit à peu près dans le Voyage que la vie se résume à éprouver le plus grand chagrin possible avant de devenir soi-même et de mourir enfin. Je pense plutôt, comme Nicolas de Staël, que le plus important est de trouver la lumière, de trouver le "cassé-bleu", de trouver "l'espace d'un éclat d'eau très rapide". Et puis, effectivement, se reposer et goûter la récompense d'un long regard sur le calme des dieux après une pensée.