samedi 23 juin 2012

Insomnie, 3: Traitement de choc

Ici, on adore le cinéma d'Alain Jessua. Le maître du fantastique social. Un des rares français à savoir se servir du genre, du cinéma de genre comme outil critique. Dans Traitement de choc, 1972, on voit naître l'hédonisme libéral-libertaire dans toute son horreur. Le film pourrait servir d'illustration parfaite à Néo-fascisme et idéologie du désir, publie par Michel Clouscard l'année suivante. Pour les amateurs, c'est sans doute le seul film d'Alain Delon où l'on voit aussi longuement sa quéquette.