mardi 17 octobre 2017

Les démocrates effondrés: Maduro a encore gagné des élections.


Le problème du chavisme, c'est qu'il gagne les élections intermédiaires et...les élections nationales aussi. La Constituante ayant relancé la révolution bolivarienne sous les huées indignées d'une opposition ouvertement factieuse dirigée par les enfants de l'ex-oligarchie du pétrole et de compte-rendu médiatiques donnant une vision complètement falsifiée de la réalité, tout le monde attendait avec gourmandise la défaite annoncée de Maduro aux élections régionales qui ont eu lieu dimanche dernier. Le problème, c'est que le PSUV a remporté 17 Etats sur 23, y compris Caracas. 
Dans un silence assourdissant. 
Même l'opposition qui refuse comme à son habitude les résultats, et ce depuis la première élection de Chavez, on ne l'écoute pas trop. Faut croire que....
Sinon, c'est tout de même inadmissible, ces dictateurs élus sans arrêt par le peuple et pas par les journaux ou les patronats ou les organismes supranationaux ou les USA.
Un vrai démocrate, c'est comme chez nous, c'est élu avec 15% des inscrits des centre-ville éclairés et libéraux car les pauvres ont la politesse de s'abstenir et de s'autoexclure du scrutin.
Ce qui fait le malheur du Venezuela, c'est que le pauvre, cet enfoiré, vote. Et pas pour un FN quelconque, non, il vote en fonction de ses intérêts de classe. Il vote chaviste.
Et ça, c'est pas du jeu. 
Vous imaginez si ça déboule en Europe, ce genre de comportement? Des pauvres qui votent en masse pour une gauche velue. On serait bien, tiens...