dimanche 11 juin 2017

Pour l'honneur

Tnadis que L'Elu attend avec impatience la majorité absolue,
d'autres vont vivre autrement d'une vie humaine
"Nous sommes venus au lieu où je t’ai dit que tu verrais les malheureux qui ont perdu le bien de l’intelligence. » (Dante, L'Enfer, chant III)
Jamais, ce matin, après une semaine parmi les beaux vivants des Nuits Noires d'Aubusson, l'idée d'aller voter, pour tenter, au milieu de la désunion la plus totale et sinistrement habituelle de mon propre camp, d'empêcher l'invasion programmée des profanateurs de la sépulture de l'Etat Providence et celle de leurs électeurs, enfants d'un Midwich ubérisé planétaire, ne m'a semblé aussi dérisoire. J'ai des procurations, la candidate communiste implantée depuis vingt ans (opposée à un FI...) est une bonne camarade.
Alors, une dernière fois.
Pour l'honneur. 
Après, on liquide et on s'en va. 
Se souvenir de William Holden dans Breezy, par exemple.

8 commentaires:

  1. Triste dimanche, oui...

    J'avais aimé Sur la route de Madison :), je découvre par ce billet l'existence de Breezy tourné vingt ans avant :), vais m'acheter le DVD demain (en VO, car il semble que le doublage soit calamiteux), vive la vraie vie !
    Eastwood en clin d’œil à l'écran, comme les peintres de La Renaissance dans leurs tableaux.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, une dernière fois, pour l'honneur...
    Comme à la Cité Universitaire de Madrid...

    RépondreSupprimer
  3. Pourtant Muray a anticipé cette vitrification du présent... Relire Muray.

    RépondreSupprimer
  4. Dans ma circonscription même topo, un communiste et un FI, allez comprendre....Quant à moi je n'ai toujours pas compris l'engouement suscité par Macron, un type sorti de la cuisse d'Attali, c'est dire! ça tient du phénomène sectaire et du masochisme (pléonasme); oui les gens ont perdu "il ben de l'intelletto".

    Je ne suis pas triste, je suis en colère!

    "Ont-ils assez évacué la substance, la chair et les choses? Le vivant? Le respect?
    Ont-ils assez fait reculer les protections sociales, abaissé les salaires, ont-ils assez justifié les plans de "restructuration", les délocalisations, assez créé de misère, assez fait abstraction de la santé, de l'éducation, de la justice, de l'existence humaine...Ont-ils bien obtenu la passivité générale, bien géré l'acquiescement à leur autorité? Ont-ils suffisamment traité d'archaïques, de ploucs ou de ringards ceux qui leur résistent encore?"
    Vivianne FORRESTER "La promesse du pire".

    RépondreSupprimer
  5. Le village des damnés, tous choupinets, tous malveillants

    RépondreSupprimer
  6. Le seul truc bien à retenir de cet ultime épisode de "tournez manège", c'est Guaino sur TF1, le soir de la Bérézina, en roue libre et, pantalon aux genoux, se mettant à chier sur ses électeurs de droite et traitres à sa cause..le tout sous les yeux révulsés de cette dame patronnesse en tresses de cheftaine et casaque jaune canari, apparemment journaliste de son état (si tant est qu'il y en ait à TF1 ?!) : j'ai bien cru qu'il allait faire des gros doigts et pogoter sur le plateau, sacré punk, va !

    RépondreSupprimer
  7. "la candidate communiste implantée depuis vingt ans (opposée à un FI...)"
    Tout ça pour des questions d'ego mélenchonien. Il y a une quinzaine d'années, je ne comprenais pas pourquoi plus personne ne voulait bosser avec lui au sein de la Gauche Socialiste. Maintenant je sais...

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable