mardi 27 juin 2017

Hulot, si tu lisais Charbonneau?

Dans le petit scénario bien monté du duel entre le ministre de l'Agriculture Travert et le ministre de l'Environnement Hulot sur la réintroduction des pesticides, Hulot est sorti vainqueur. C'était prévu. L'écologie selon Macron qui en a si peu parlé dans sa campagne, cela va être du "greenwashing" continu, c'est-à-dire une récupération capitaliste des marchés rentables dans la protection (ou la réparation) de l'environnement mais en aucun cas un projet politique sur le mode de production et le type d'économie qui aujourd'hui achève de ravager la planète.
Donc, l'écologie selon Macron, ce sera: le ministre A veut remettre en question une mesure écologique acquise, Hulot dit non. Le ministre B veut remettre en question une autre mesure écologique acquise qui concerne son secteur, Hulot dit non. Dans tous les cas de figures, on communiquera sur les arbitrages favorables (ceux qui ne le seraient pas ne seront pas mis en scène) pour Hulot. Et l'écologie macroniste sera ce maquillage (comme on maquille une voiture volée) d'un libéralisme qui n'en a rigoureusement rien à fiche que la planète ne soit pas une propriété privée mais une colocation (avec d'autres colocataires qui viendront après nous.) Il passera pour écologiste, Jupiter, en ne démontant pas trop les concessions minimales arrachées par les ministres précédents de l'Ecologie et comme le vrai est un moment du faux, ce statu-quo à peine écorché passera pour une victoire.
Il faudrait peut-être conseiller à Hulot, la lecture de Bernard Charbonneau (1910-1996), penseur de l'écologie avant qu'elle ne s'appelle comme ça, ami de Jacques Ellul et surtout prophète du "greenwashing",  c’est à dire une sorte de bonne conscience verte qui ne coûte pas cher et qui masque le désastre en cours, dans un livre de 1969, Le jardin de Babylone.: « Dans la société occidentale, où l’idéal de production est lié à la poursuite du profit, les discours sur la protection  de la nature, notamment en France, ne servent qu’à camoufler la généralisation d’une banlieue, parfois sordide. » Charbonneau analyse aussi comment la plasticité du capitalisme lui permet de transformer l'aménagement écologique de l'horreur en marché et de nous vendre au prix fort ce qui nous reste de nostalgie d'un Eden  perdu.
On va le dire dit autrement, et on ne fait que reprendre l'idée centrale du Jardin de Babylone: il est impossible de se revendiquer de l'écologie sans penser une rupture avec le capitalisme.  (C'est de ses atermoiements autour de cette question qu'est virtuellement morte l'écologie "politique" en France. )
Tout le reste n'est une impasse au mieux, une hypocrisie criminelle au pire et, dans les deux cas une simple administration du désastre.

10 commentaires:

  1. On se sent toujours un peu idiot de dire et redire le bonheur à vous lire. Le bien fou que ça fait l'intelligence et la beauté. Comment ce qui est énoncé justement remet un homme debout s'il s' avisait de porter un poids trop lourd pour lui.

    RépondreSupprimer
  2. Clap clap.
    Je viens par ailleurs d'avoir Louis Réard, il aime beaucoup la bannière actuelle de ce blog d'utilité publique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a longtemps, Pop naïne! Louis Réard a beaucoup fait pour le communisme sexy et balnéaire: Marx, Engels, Réard.

      Supprimer
  3. Si je peux me permettre, c'est une façon romanesque de voir les choses, l'autre, plus prosaïque, étant qu'il s'agit du premier vrai couac de ce gouvernement.

    "Une simple administration du désastre" : ça me fait penser à cette série de romans du Québécois Jean-Jacques Pelletier, "Les gestionnaires de l'apocalypse", où il est je crois beaucoup question d'argent.

    RépondreSupprimer
  4. Pourtant, c'est Duflot qui a perdu et de Rugy qui a gagné.
    Cherchez l'erreur ? L'écologie gauchiste est une impasse, comme le gauchisme d'ailleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand vos enfants,anonyme, crèveront autour des derniers points d'eau radiocactif, ils cracheront ce qu'illeur restera de salive infectée sur votre abyssale bêtise, probablement macroniste et votre court-termisme de môme de CE2 (et c'est sévère pour le CE2)

      Supprimer
    2. J'aime bien quand vous vous énervez comme ça, Monsieur Jérôme. Moi aussi ça m'arrive, en famille par exemple,
      enfin c'était il y a longtemps. C'était très mal passé (comme une arête de poisson empoisonné). Depuis, des bruits circulent que je suis devenue folle!!! La danse de la joie! Florence

      Supprimer
  5. Et puis Hulot, il va pas nous em... en remettant la corrida sur le tapis comme on planterait un peuplier pour masquer la forêt de chênes. Devrait un peu plus écouter Nino Ferrer et un peu moins ses communicants.

    RépondreSupprimer
  6. Et à l'occasion, essayez de penser autrement que par slogans sectaires: lisez Charbonneau, Bodinat, Gorz...

    RépondreSupprimer
  7. Recommandation pour recommandation, jetez un coup d'oeil aux poèmes de Miguel Hernandez, quatre fois sectaire : paysan communiste, poète et taurin.

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable