jeudi 4 mai 2017

Poésie et second tour, 4

Un poème par jour avant le second tour, parce la poésie est la raison du monde, et donc sa beauté.
Un poème par jour avant le second tour pour échapper "aux mots de la tribu."
Un poème par jour avant le second tour pour ne pas devenir fou.
Un poème par jour avant le second tour.
Ce soir, "C'est le temps" de Gaston Criel (1913-1990), extrait de Popoème (Les éditions du Chemin de fer)

1 commentaire:

  1. Voilà. Monsieur, cela commença par un grand coup de vent. Forcément. Toutes nos histoires commencent par des coups de vent comme en un tourbillon de légendes paresseuses. Amoncellement d'oiseaux oisifs, nous sommes les nains du mémorable, les meilleurs artisans de la contrefaçon. Un coup de vent par-ci, un coup de vent par-là, nous procédons par divination, cumul de bribes incantatoires. Notre histoire est un justaucorps, un étouffoir, un grand feu qui brûle, un calyso d'apocalypse menant campagne touristique, mesdames, messieurs, venez-y voir : ce n'est pas un pays ici mais fabrique d'échouages épiques, un lieu-dit, un herbage, précipice pour danseurs de corde, colin-maillard d'aveugles nés avec la folie des grandeurs, salaise rance, jarre sous terre, poudre de terre à rabattre le caquet des montagnes en bonnes mesures comestibles pour gueules en croix d'enfants malades accroupis dans l'attente de folles épiphanies, se tenant mal, noyés pareils, englués dans leurs mares au diable.

    Lyonel Trouillot, Rue des Pas-Perdus, Actes-Sud, 1998

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable