mercredi 5 avril 2017

Un pur moment de rock and roll dialectique

J'ai assez vite retrouvé ce que me rappelait l'indignation vertueuse journalistico-libéralo-conservatrice contre Poutou. 
Il faut dire que le Vieux a toujours su frapper dur et juste.
"Tout ce choeur de calomnies que le parti de l'ordre ne manque jamais dans ses orgies de sang, d'entonner contre ses victimes, prouve seulement que le bourgeois de nos jours se considère comme le successeur légitime du seigneur de jadis, pour lequel toute arme dans sa propre main était juste contre le plébéien, alors qu'aux mains du plébéien la moindre arme constituait par elle-même un crime."
Karl Marx, La guerre civile en France

Je me demande, du coup, ce que ça leur fait, à la droite néo-réac et à  l'extrême-droite xénophobe qui n'a pas de mots assez doux pour ce "peuple populiste", ce peuple qui dirait toujours la vérité contre les élites, ce peuple qui élit Trump, ce peuple qui brexite, ce peuple qui aimerait Le Pen, qui se vautrerait dans la panique identitaire, de se prendre un Poutou comme on se prend un missile tactique?
Un Poutou populiste, pour le coup, comme eux, mais un populiste cauchemardesque, un populiste avec une conscience de classe, une vraie conscience de classe velue et blindée, un Poutou qui capte le discours du tous pourris avec une légitimité en béton, un Poutou qui rappelle qu'il est le seul à être ouvrier et qui renvoie Fillon et Le Pen à ce qu'ils n'ont jamais cessé d'être: des aventuriers moyennement honnêtes, des bourgeois qui n'arrivent plus trop, tout à coup, à amuser le tapis avec le totalitarisme islamique ou ces salauds de bobos (même si les seconds sont les victimes du premier) et se retrouvent bien obligés de faire profil bas contre ce partageux qui met sous leurs yeux d'une part la contradiction entre leurs vertus publiques et leurs vices privés et d'autre part la vraie vie de ceux qui sont du mauvais côté des inégalités. 
Quand on joue avec les allumettes, un mauvais retour de vent, et c'est vous qui brûlez. C'est ce qui est arrivé à Fillon et Le Pen hier soir.
Ils peuvent toujours appeler au secours Bouvet ou Zemmour,  ou d'autres chiens de garde qui aiment les pauvres tant que les pauvres s'en prennent à l'Arabe, au pédé, aux avortées, (et surtout pas aux patrons),  ils peuvent continuer de mal lire Orwell ou Pasolini. C'est pourtant eux, à la fin, qui se sont retrouvés tout seuls dans le noir et personne ne les a entendus crier.
On ne votera probablement pas pour Poutou mais on lui doit, dans cette campagne, un pur moment de rock'and roll dialectique. Qu'il en soit remercié. Au nom du peuple, justement.