lundi 24 avril 2017

Macron, Le Pen, Orwell et Kafka.

Dans 1984, pour assurer la puissance de Big Brother, il y a un méchant, Goldstein, dont on ne sait pas trop s'il est encore vivant, d'ailleurs, ou même s'il a existé.
Ce méchant est un des éléments qui permet à Big Brother d'exercer son pouvoir totalitaire sur la population, notamment par le biais des Semaines de la Haine où l'on se doit de cracher en groupe sur la figure abjecte du traître quand elle apparaît sur des télécrans.
Le Pen, père et fille, c'est Goldstein. 
Grâce à Goldstein, un candidat qui représente un néo-libéralisme aussi sauvage que celui de Fillon mais avec un lexique plus sucré, qui va enfin selon le souhait pluridecennal du MEDEF liquider ce qui restait de l'Etat-Providence et des acquis du CNR, un candidat qui vous dit, comme Big Brother, "la liberté, c'est l'esclavage; la paix, c'est la guerre (de tous contre tous)", ce candidat-là, en plus, il va falloir que vous le preniez pour un héros de l'antifascisme.
On aura rarement poussé aussi loin notre servitude volontaire, notre humiliation, notre honte. 
Après Orwell, Kafka donc, et la dernière phrase du Procès, car nous sommes tous, devant cette alternative, des Joseph K:
"Mais l'un des deux messieurs venait de le saisir à la gorge;  l'autre lui enfonça le couteau dans le coeur et l'y retourna par deux fois. Les yeux mourants, K. vit encore les deux messieurs penchés tout près de son visage qui observaient le dénouement joue contre joue.
-Comme un chien! dit-il, et c'était comme si la honte dût lui survivre."

13 commentaires:

  1. Quelle rage putain. "La concurrence c'est faire entrer la liberté dans la maison des pauvres", il a dit un matin que j'écoutais la radio, vers octobre dernier. On voit le niveau. Préparons-nous à en chier, à en baver sévère, le Code du Travail vit ses derniers moments. Hollande et Valls se frottent les mains, quelle bande d'ordures, pires que Fillon car masquées. Hier soir fallait entendre Le Foll pavoiser et plaisanter avec Demorand et consorts sur Inter. Ils trinquent tous sur le cadavre du PS, Hamon m'a même fait pitié. Quel naze de pas s'être allié à Mélenchon, ça aurait mis une bonne baffe à toute cette société de droite pourrie un deuxième tour avec Mélenchon. Et en attendant, Le Pen va encore grandir (ben ouais libéralisme/fascisme, suffit de relire les bouquins d'histoire). Porca vacca! Parfois j'sais pas vous mais moi j'ai envie d'faire des trucs des actions pas bien des choses qui faut pas: https://www.youtube.com/watch?v=6yo3m8R7h98. Banzaï! Florence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un putain de désastre oui, un putain d'incroyable désastre !

      Supprimer
  2. Someone to claim us, someone to follow,
    someone to shame us, some brave Apollo,
    someone to fool us, someone like you
    we want you Big Brother, Big Brother..

    David Bowie Diamond Dogs 1974 (adaptation de 1984 de Eric Blair known as George Orwell)

    RépondreSupprimer
  3. C'est vrai, on ne sait pas si Marine Le Pen est vivante ou si elle existe...

    RépondreSupprimer
  4. Tiens, je vais voter pour vous dimanche prochain M. Leroy

    RépondreSupprimer
  5. Vous parlez avec raison et pertinence des minutes de la haine. Sur Causeur comme ailleurs elles se déchainent. Personne ne se questionne comme vous sur les raisons du vote FN préférant voter blanc ou s'abstenir ce qui est également accorder un blanc seing à Macron ou injurier les électeurs FN.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'abstenir (ce que je ferai moi-même) n'est pas donner un blanc seing à Macron ni injurier les électeurs FN. On peut s'abstenir et se questionner sur les raisons du vote FN...et même avoir quelques réponses.

      Supprimer
  6. Je n'aurais pas eu l'idée de compter, 8000 articles depuis janvier 2015 dans le Monde, Libération, l'Obs et l'Express, pour Macron! Ce type sorti de derrière les fagots qui ose laisser écrire dans le quatre pages de nos boîtes à lettres: "Je veux que nous soyons solidaires car la réussite de quelques-uns ne peut pas être le projet pour tout notre pays".

    RépondreSupprimer
  7. Macron. Le mec qui va nous sauver de la dictature... pincez-moi je rêve !

    RépondreSupprimer
  8. Honnêtement, au vu du rapport de force je doute fort que Marine Le Pen puisse être élue. Du moins pas cette année.

    Perso, je ne sais pas ce que je vais faire le 7 mai.

    Néanmoins il est difficile de soutenir que Marine Le Pen est une image virtuelle comme l'est Goldstein dans 1984. Elle et son parti existent bel et bien. Et si, je le répète, je ne pense pas qu'ils franchiront la marche vers l'Élysée cette année, j'ai moins de certitude pour 2022 (avec Marine, Marion ou quelqu'un d'autre).

    Du reste, tu as assez de culture historique pour savoir que l'extrême droite est un outil du capital servant à détourner la colère populaire qui devrait se retourner contre lui... Un outil ce n'est pas une image, ça existe et ça a des effets directs et pas seulement symboliques.

    RépondreSupprimer
  9. J'ai voté Jean Lassalle parce que j'avais l'impression que les autres se foutaient de ma gueule.

    Emmanuel Maquereau va nous faire dériver dans un totalitarisme libéral. Il n'y aura pas de surprise ! Le petit Emmanuel est le chouchou des medias et de la bourse. Il est suffisamment jeune, inexpérimenté et caricaturalement énarque pour être manipulable par les lobbys en tout genre.

    Et puis ...

    Et puis, les Français regretteront Hollande comme ils ont regretté Chirac ... Parce que ces deux là feront figure de grand père un peu benêts mais sympathiques d'avant rupture ...
    Car il s'agit de cela Macron, nous a fait du Sarko 2007. On rassemble les Français et on dit qu'on a rien à voir avec ceux d'avant (alors qu'on en est le produit pur et dur). Je te mets un petit coup de story telling en plus à la Barak Obama, ça fait pas de mal et ça fait pleurer dans les chaumières.

    Les Français se sont fait avoir.

    RépondreSupprimer
  10. Et pas la moindre esquisse de commencement d'auto-critique, jamais !
    Et toujours votre "murette" de lamentations !

    Et bien pleurez, pleurez braves gens de la vraie gauche ! Car vous allez effectivement en baver avec le Télé-évangéliste ! Et peut-être même avec l'ex-taulière du Medef qui a l'air en appétit !

    Peut-être finirez-vous par comprendre que depuis longtemps vous avez fermé les yeux sur le largage d'un petit peuple prolo,rural ou péri-citadin qui ne demandait finalement qu'une chose, mais d'importance : qu'on le protège dans son propre pays !

    La protection. Le droit à être protégé, il demandait. Tout simplement. Et il fut un temps où cela était même un "devoir" régalien !

    Jacques.

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable