mardi 4 avril 2017

La campagne d'Allemagne (1): Stuttgart, 21 mars

Le 21 mars, on présentait Le Bloc, dans sa traduction allemande, au Rosenau, à Stuttgart. Il pleuvait, c'était la première fois que nous allions en Allemagne.
-9000 migrants accueillis à Stuttgart, vous êtes certaine?
-Oui, au moment de la première grande vague de 2015
-Pour une ville de 600 000 habitants?
-Oui.
-Ca a dû coincer, quand même...
-Pas plus que ça.
- Mais Merkel va perdre les élections du coup...
-C'est possible mais ce ne sera pas à cause de ça. Juste besoin d'une légère inflexion sociale avec Schulz.
(On précisera que mon interlocutrice n'était ni No Border, ni bobo, ni colorée de peau juste une infirmière quadra qui vote SPD mais trouve sympa les idées de grandes coalitions et Die Linke trop rouge)

Même dans un hôtel de Stuttgart, grâce aux Gédéons, on n'est jamais seul. Bon, on a quand même pris La double vie de Sebastian Khnight de  Nabokov

Depuis des années il y avait dans sa bibliothèque un livre de Marcel Arland qu' il n' avait jamais lu mais qu'il avait acheté pour son titre, La consolation du voyageur. Pourquoi diable, tout à coup, ça lui revenait en tête?