samedi 11 mars 2017

Nous y voilà

Ah, nous y voilà...
Juste une précaution d'usage. Je n'ai aucune intention de voter pour Macron à aucun des (éventuels) deux tours. Mais il m'amuse de voir LR pris à son propre piège avec ce touite qui fait un peu scandale tant il emprunte à l'icono antisème oldschool. Depuis des années, LR et son avant-garde néo-réac qui prend parfois le faux nez de la gauche vallso-républicaniste fait peser le soupçon d'antisémitisme sur toute pensée radicale qui n'est pas convaincue du bien fondé de l'économie de marché et de la démocratie pourrie qui va avec.
Ils ont inventé pour ça un concept à la con, le pendant de l'islamophobie, qui serait l'islamogauchisme. 
Suivez le raisonnement assez simple, voire primaire, pour disqualifier ceux qui veulent expliquer que la misère sociale est peut-être encore un peu la cause de la violence dans les banlieues et de la radicalisation islamiste de certains: vous voulez , sales gauchistes, "excuser" la caillera (ah "la culture de l'excuse", lexie typique du Dico du parfait petit droitard);  or la caillera s'islamise à mort et devient antisémite:  donc défendre la caillera fait de vous un islamogauchiste, donc vous êtes antisémite. 
Bon, à ceux-là, je leur dis merde et ça m'en touche une sans bouger l'autre.
Mais ce qui m'amuse, c'est de voir LR, sous l'influence subliminale du néo-salazarisme de Fillon, renouer pour le coup avec un bon vieil inconscient bourgeois catholique: le Juif est un corps étranger, sa seule patrie c'est la finance cosmopolite (alors que ce qu'il nous faut, c'est une bonne vieille finance nationâââle phrançaise)
Bref, malgré des contorsions idéologiques droitardes pour excuser un racisme antiarabe, on en revient aux fondamentaux: l'antisémitisme français, depuis l'affaire Dreyfus, est d'abord et avant tout une spécialité de la droite française. Comme les jupes plissées bleu marine.