lundi 13 mars 2017

Le travail des snipers


-Et alors, j’aime les pantalons rouges, dit Mareuil. Et les gilets tartan jaunes. Ce n’est pas pour qu’on me voie, enfin pas seulement, c’est surtout pour faciliter le travail des snipers !
Mareuil, de fait, était habillé ce jour-là d’une manière qui hésitait imperceptiblement entre le clownesque assumé et le dandysme d’un ivrogne solitaire, exilé dans des irlandes de fatigue où il lui aurait importé d’abord de se plaire à lui-même et, à l'occasion, de porter beau pour la dame du téléphone, à la poste, en sortant à droite du pub.
Il nous a paru évident que « faciliter le travail des snipers » était une métaphore jusqu'au moment où de petits cercles parfaits ont troué la baie vitrée du salon, où l’un de nous a tâté avec une surprise indignée sa pommette explosée avant de se rassoir sur le divan, mort, et que Mareuil a hurlé :
-Tous à terre, nom de Dieu !

1 commentaire:

  1. On finira en rééducation nous les salauds qui lisons des livres et n'en avons rien à foutre des marchés.

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable