dimanche 19 février 2017

Rob Roberge

Il ne sort que le 23 février mais guettez-le. Les amateurs du genre se souviendront de sa série noire et de deux titres chez 13 ème note. Là, on est dans quelque chose de très grand, vraiment. Une autobiographie à l'os, fragmentée comme on parle de fragments dans une grenade à fragmentation. On progresse par dates, en moments aussi désordonnés que la vie de l'auteur. On progresse, c'est une manière de parler, on assiste surtout au long calvaire d'un homme né dans les sixties et qui sans complaisance raconte tout sur le sexe, la drogue, la famille, le rock, l'écriture, la peur panique de la solitude et la folie qui rôde. On n'avait pas lu un tel exercice de sincérité depuis un Calaferte ou un Fred Exley.

(C'est vrai que c'est le premier qui fait un mal de chien. Après, on s'en remet. On regretterait presque de s'en remettre, d'ailleurs.)