mardi 13 décembre 2016

Pas grand chose, en fait...

Je ne demandais pas grand chose, en fait: le communisme et une cabane de pêcheur sur une île grecque où j'aurais passé mon temps à me baigner et à écrire des poèmes sur "la mer allée avec le soleil." 

Mais puisque c'est comme ça, je vous préviens, je ne lâcherai pas l'affaire, je serai une teigne rouge jusqu'à la fin. Fallait pas me chercher. Pourtant, la mer allée avec le soleil, le communisme, la cabane de pêcheur, c'était quand même pas compliqué...

6 commentaires:

  1. Le même rêve d'une vie libre et simple avec le pouvoir aux conseils ouvriers.

    RépondreSupprimer
  2. Oh là là, ça va prendre une éternité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui mais ça pourrait durer un million d'années, et toujours en été...

      Supprimer
  3. Une cabane de pêcheur mais avec internet tout de même, et sans doute un smartphone, parce qu'on vous voit mal vous passer de tout ça, vu le blog et compagnie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que vous n'avez pas tellement compris. Déjà, le texte est au passé, vous voyez, et même à l'irréel du passé, c'est dire... Cela n'a pas eu lieu, cela n'aura probablement pas lieu, de mon vivant. Je crois que vous voulez par ailleurs souligner, même s'il n'y a pas lieu ici, une contradiction entre cette rêverie à la simplicité antique et l'usage que vous devez trouver immodéré d'internet chez moi, voire chez les autres mais pas chez vous qui avez le temps, sous le couvert de l'anonymat, de venir asticoter un écrivain qui ne vous a rien fait. Alors sachez que je me bats avec les armes de mon temps, même si ça peut me désoler à l'occasion. Néanmoins, j'ai écrit avant internet et j'écrirai encore si internet n'existait plus. L'écriture d'un roman par exemple, voyez vous, suppose que l'on sache débrancher. Menez 500 000 signes pas trop mal ficelés jusqu'à leur terme, et j'accepterai éventuellement votre petit don de donneur de leçon. Mais,là, sincèrement et gentiment: ta gueule.

      Supprimer

ouverture du feu en position défavorable