mercredi 14 décembre 2016

Donald Trump vs Marvin Gaye




Alors que Trump nomme des pro-life à la santé, des créationnistes à l'éducation, des pétroliers aux affaires étrangères et des débiles "climatosceptiques" à l'environnement, il faut se souvenir que l'Amérique, ce n'est pas ça. 
L'Amérique, c'est aussi un pays où l'immense Marvin Gaye vous transforme un hymne national en formidable invitation au sexe (le but avoué de la soul), ce qui est tout de même une vision assez aimable du patriotisme. 
Enjoy your soul. Enjoy your USA.

5 commentaires:

  1. On rappellera héla que Trump a trouvé pas mal de soutiens jusqu'en France parce qu'il était "contre les zélites". Grotesque mais ça a très bien pris. Et même chez Madame Lévy qui ne contenait pas sa joie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a quelques années BHL se prenait pour Tocqueville et se faisait un voyage aux States pour glorifier un pays dont on préfèrerait qu'il en soit un plutôt que le gérant plénipotentiaire de l'ingérence et d'une "certaine" conception de la liberté ...
      E. Levy ne cache pas sa joie, certes. Moi qui trouve le personnage agaçant de colère, je crois que sa joie n'était pas que Trump fût élu mais que son élection fût le Trafalgar des bonnes consciences de la gauche bébête. Après l'épisode Barak où les bobos s'enthousiasmaient même de voir les Etats-Unis continuer la ratonnade internationale entreprise par Bush.

      Supprimer
    2. Ce qu'il y a de bien avec Mister Trump, c'est qu'il va vite montrer quel genre de candidat "anti-système" soutiennent les Levy et consorts, tous ces fachos en peau de zob (comme dirait Leroy) qui reprochaient surtout à Obama d'être noir. A la gauche "bobo", ils préfèrent des climatos-négationnistes, des patrons de multinationales, des illuminés créationistes... bref, la bonne vieille merde doitarde au service des bonobos (les bourgeois non bohème).
      Et merci pour Marvin, ça vaut la Marseillaise en reggae.
      fonzi sanders

      Supprimer
  2. La voilà servie. Adios la gauche bêbête, salut la droite des milliardaires, des arrogants, des incultes, des racistes, des climato-sceptiques et des pro-life. ça fait rêver. Vive l'Amérique de Madame Lévy !

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Jérome
    Je vous livre ici un plaidoyer populiste , provocateur donc destiné évidemment à des lecteurs de la « vraie » gauche, antiques, nostalgiques et érotiques.

    Le problème de la pseudo gauche et de la pseudo droite ou « leur nouveau programme commun »

    Les valeurs démocratiques, disons celles de l’Abbaye de Thélème rêvée par Maître Rabelais, concernent une frange de bourgeois cultivés, disons, 20 à 25 % de la population.
    La pseudo gauche et la pseudo droite ont réussi a faire croire au peuple, disons pour simplifier ouvrier, qu’elle détenait les clefs de son émancipation et de son bien être; la « banane » prise par Hillary Clinton montre que le « peuple » a bien compris le mensonge.

    Du coup, ce peuple devient « dangereux », car il vote « mal » ou pas du tout: Trump est élu , au final

    La classe moyenne, quant à elle , censée s’identifier au petit-bourgeois connecté, en quête d’une world-culture et d’une « funisation » de la planète à toutes les échelles, était par la même censée oublier les valeurs de « thélème », obnubilé par une jouissance consumériste à crédit : ne pas s’y tromper, c’est « leur nouveau programme commun » .

    Seulement, les caves se sont rebiffés, du moins aux USA et au Royaume Uni, et l’angoisse de toutes les pseudo gauches et pseudo droites du monde est la suivante: parviendrons nous à vendre aux classes moyennes une peur suffisante du « populisme » pour éviter qu’elles n’imitent ces imprévisibles classes populaires?

    L’élection de Trump et le Brexit démontrent que cette pseudo gauche et pseudo droite ont raison d’avoir peur.

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable