mercredi 9 novembre 2016

Cool!

Là, tout de suite, sous la main, mon amour, comme manuels de survie (difficile) dans une Amérique fascisée, il y a ça. Mais on va trouver d'autres choses, le génie de ce pays à convoquer ses cauchemars et à les transformer en chef-d'œuvres est immense.
Sinon, quand j'étais petit, c'était l'arrivée de la gauche qui paniquait les marchés, pas celle de l'extrême-droite. Mais quand j'étais petit, il y avait une gauche.
Allez, see you soon, comrades! 


4 commentaires:

  1. Amérique paradoxale ... Trump gagne sur une stratégie très lepenienne : donner la parole aux petits ... La réalité est la suivante : les américains avaient le choix entre Clintrump et Trinton. Une Amérique ultralibérale (ne soyons pas dupe des propositions de Trump en métière sociale comme le premier Ramonet venu) et acquise aux lobbys industriels (Mme Clinton n'est pas Roosevelt).

    Trump a donné aux Américains la musique qu'ils voulaient entendre. Ils ont voté pour celui qui leur a donné la parole pendant 8 mois. Maintenant, il va falloir faire avec pendant 5 ans !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les présidents US sont élus pour cinq ans, et par stratégie lepénienne vous entendez qu'il a pris les électeurs en levrette ?

      Supprimer
  2. C'est "Vaffanculo Day" énorme !

    Pierre

    RépondreSupprimer
  3. Au Singe Vert : l'élection de Trump par les déclassés du système c'est du Spinoza 2016 :

    "Il est des hommes qui combattent pour leur servitude comme s'il s'agissait de leur salut".

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable