samedi 26 novembre 2016

A demain, Fidel

Fidel Castro: on va certainement entendre un déluge de conneries anticommunistes vintage pour saluer sa mort. 
Il faudra juste ne jamais oublier que dans sa vie, il aura beaucoup plus souvent été à court de munitions qu'à court d'arguments.
C'est ce qui fait notre différence irréductible avec le capitalisme pour qui c'est le contraire, toujours.
A demain, camarade. Je t'aime.