jeudi 17 novembre 2016

1969, naissance d'une vocation.

Il semblerait que cet texte datant de l'année scolaire 1969-1970 puisse être considéré comme mon premier. On notera l'économie de moyens hemingwayenne pour se livrer à une autobiographie sans concession.

Le document ci-dessous prouvera en outre que la maîtresse avait discerné en moi ce qui allait faire un bon communiste: le sens de l'autocritique pour revenir à ou dans la ligne, comme on voudra.

5 commentaires:

  1. Deux jours auparavant, le SMIC avait augmenté 2,75 %, de quoi fêter ça en buvant un coup !

    Sinon, sans même mentionner l'esprit d'escalier déjà visible sur ces primo-dessins, l'écriture de ladite maîtresse avait de quoi rendre quiconque plus raide dingue d'elle que de blondasses comme Monica Vitti ou Catherine Spaak, non ?

    Réfléchissez-y bien, Jérôme.
    Vous avez ma carte — et comme vous le savez mes tarifs ne sont pas si fixes que ça…

    Votre tout dévoué,
    GWFW

    RépondreSupprimer
  2. Le dessin est aussi intéressant que le texte : la présence de 2 drapeaux (rouge pour l'internationaliste, tricolore pour le patriote), ce personnage (papa?) qui descend un escalier (menant vers la cave?), cette porte mystérieuse... Une ambiance digne de Barbe-bleue !

    RépondreSupprimer
  3. En revanche, vous avez bien fait de ne pas opter pour les Beaux-Arts...

    RépondreSupprimer
  4. Et qui a corrigé la maitresse qui n'a mis semble t-il qu'un r à corrigé ?
    Pauvre France

    RépondreSupprimer
  5. Elle a écrit aussi :"à corigé" avant de se reprendre...
    Le niveau baisse et la mer monte, comme disait Raoul...

    Gontran

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable