mardi 11 octobre 2016

Un antidote, un vrai.

Un antidote, un vrai au poison du post précédent. Un chant de colère, lyrique, obscène, sauvage, une poésie faite pour le théâtre, la rue, la barricade. C'est radical, pour le coup. C'est surtout un de ces quelques livres qui sont indispensables pour continuer à respirer par les temps qui viennent et les temps qui courent.