mardi 11 octobre 2016

Un antidote, un vrai.

Un antidote, un vrai au poison du post précédent. Un chant de colère, lyrique, obscène, sauvage, une poésie faite pour le théâtre, la rue, la barricade. C'est radical, pour le coup. C'est surtout un de ces quelques livres qui sont indispensables pour continuer à respirer par les temps qui viennent et les temps qui courent. 

4 commentaires:

  1. Ascanio Celestini écrit pour le théâtre; j'ai vu ce spectacle l'année dernière à Lyon. Ebouriffant et ravageur; on sort de là regonflé à bloc; ça fait du bien!
    Je suggère d'aller sur le site de Celestini; même si on n'a pas "fait" italien on peut apprécier son humour très particulier (notamment son autobiographie résumée); à lire aussi "Lutte des classes" (mais je ne sais pas si cela a été traduit en français).

    RépondreSupprimer
  2. https://www.youtube.com/watch?v=yfKPeqWNsjg

    et on trouve aussi d'autres extraits sur ytoube

    RépondreSupprimer
  3. un autre extrait

    https://vimeo.com/67883371

    RépondreSupprimer
  4. Ah là là, Jérôme, tu devrais écouter plus souvent la radio !

    (et quelle surprise de retrouver thé dans ces parages !)

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable