dimanche 23 octobre 2016

N'est-ce pas camarade


Nous étions des hommes fragiles
et fatigués
pas de cette fragilité rêvée par
les magazines féminins
si veules qu’ils donneraient envie
d’oublier les femmes
Nous étions des hommes fragiles
et fatigués
avec des insomnies
des défaites idéologiques
des chagrins d’amour
ce qui revient au même n’est-ce pas
camarade
Nous étions des hommes fragiles
et fatigués
nos bibliothèques nos mélancolies
et les caméras de surveillance
parleraient contre nous
Nous étions des hommes fragiles
et fatigués
nos moments de grâce même
-te souvient-il de l’odeur de pluie
camarade
sur la peau d’Hélène près de Cork-
achevaient d’user le blindage
et les magazines féminins nous
recommandaient des mages viennois
avec la sollicitude des tueurs
pour nous mettre en conformité
Nous étions des hommes fragiles
et fatigués
à cause d’un défaut de fabrication
ou de ce goût d’être déçus qui nous
plaisait plus que tout
camarade
nous n’en savions rien
nous n’avions pas envie de rendre
des comptes et nous n’en avons pas
rendu n’est-ce pas
camarade
Nous étions des hommes fragiles
et fatigués
si fragiles
si fatigués.

© jéromeleroy10/16