samedi 15 octobre 2016

Je ne crois pas, non


-Tu sors?
-Je ne crois pas, non.
-Tu te rends bien compte que tu passes à côté de la vie?
-Oui, oui. D'ailleurs, je suis effondré à un point inimaginable.

3 commentaires:

  1. On voit dans votre bibliothèque l'édition Champ libre de "La Société du spectacle", les volumes de la "Correspondance" de Guy Debord, les DVD de ses films, la revue "Internationale situationniste" et le volume des "Documents relatifs" à la fondation de celle-ci mais, étrangement, le fort volume des "Œuvres" de Guy Debord dans la collection «Quarto» pourtant farci d'inédits intéressants est absent.
    Voilà une lacune à combler !

    RépondreSupprimer
  2. … « mais cette vie et ce cinéma sont également peu de choses, et c'est par là qu'ils sont effectivement échangeables avec indifférence »… 

    RépondreSupprimer
  3. Sur Debord, on sait déjà tout et le contraire. Guégan et Annie Le Brun ont mis des points finaux au mythe en racontant le quotidien du pape de l'IS vieillissant, souvent surfait, littéraire, quelle que soient ses objections de principe . En 1967, tout était déjà dit avec "La Société du spectacle" qui résumait la révolte situ. Le reste n'est qu'anecdote.
    "La vie est une tromperie d'une tristesse envoûtante…" (Essenine)

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable