dimanche 30 octobre 2016

Exergues possibles pour des mémoires désobligeants, 71

J’ai eu le courage de regarder en arrière
Les cadavres de mes jours
Marquent ma route et je les pleure
Les uns pourrissent dans les églises italiennes
Ou bien dans de petits bois de citronniers
Qui fleurissent et fructifient
En même temps et en toute saison
D’autres jours ont pleuré avant de mourir dans des tavernes
Où d’ardents bouquets rouaient
Aux yeux d’une mulâtresse qui inventait la poésie
Et les roses de l’électricité s’ouvrent encore
Dans le jardin de ma mémoire.

Guillaume Apollinaire, « Les fiançailles »,          Alcools

1 commentaire:

  1. Ah ben ça, avant de lire la signature, j'ai pensé "il est bon, aujourd'hui, Jérôme!"

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable