mercredi 3 août 2016

Lefkes


Un transat
des poèmes
de qui tu sais
des chats
des fleurs
et des citrons
On dirait bien que ça suffit.

1 commentaire:

  1. (...)

    Il y a l'éternité qui fait signe à chaque moment :

    (...)

    ou le chat dont on te dit que tu ne le reverras peut-être pas l'année prochaine mais qui est là aveugle comme un aède avec des histoires de chasse qu'il raconte en s'étirant

    ou le thé vert dans les bougainvillées de la terrasse : la mer attend en bas des collines

    ou la sieste hypnagogique de l'après-midi, sur le hamac d'une taverne de Prodromos ou de Lefkes, quand tu fais de nouveau les rêves de ton enfance et que tout le monde est vivant

    (...)

    [49, in "Sauf dans les chansons", La Table Ronde, 2015]

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable