dimanche 21 août 2016

Exergues possibles pour des mémoires désobligeants, 67

"Rideau

Parfois la fatigue a la netteté
d'une carte d'état major, parfois
elle est floue, un fantôme
dans le brouillard.
Mais il n'y a pas de fantômes,
au milieu de cette nuit si ce n'est
ces joggers le long du parc
et des mots qui passent comme sonate,
notice, tisane, attendre.
Attendre dans un bar
ne coûte rien à part
l'effort de grignoter des choses salées
en buvant des douzaines de dés à coudre
de l'une ou l'autre boisson alcoolisée.
Attendre ne coûte rien
surtout si l'on n'attend personne,
ou un fantôme
et vivre alors c'est s'amuser
à compter les pattes d'une mouche en vol,
à défaut de les lui arracher
ou de se mettre soi-même, enfin, à voler."


Francis Dannemark, Dans les jardins mouillés (Cadex, 1995)



Fra