mardi 12 juillet 2016

Une nation selon mon coeur

Le Portugal est une nation selon mon coeur: au moment même où il est heureux, il sait que c'est déjà du passé. Et il attend le retour du bonheur au coeur du bonheur, alors que le bonheur n'est même pas encore parti. 
C'est l'essence même de son invincible, élégante et reposante mélancolie. C'est pour cela qu'il a inventé deux oxymores éminemment poétiques: l'attente nostalgique avec le sébastianisme et le bonheur d'être triste avec la saudade.

5 commentaires:

  1. Le Portugal est l'un des rares pays où l'extrême-droite n'existe pas.

    RépondreSupprimer
  2. Aujourd'hui sans doute, Michèle, mais elle y a régné pendant 50 ans tout de même...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Missa Sine Nomine, mais c'était une dictature.

      Supprimer
  3. Sans l'extrême-droite, je me demande bien ce que la classe dominante bobo aurait à dire. En dehors de sa rhétorique victimaire qui n'a jamais sauté un repas de sa vie. Intéressant ce renversement de la réalité. Audacieux. Les bourjouilles nous apprennent ce qu'est l'oppression (!). Ils défendent les opprimés, surtout 70 ans en arrière !… C'est beaucoup plus confortable !… No pasaran !… Tu m'en remettras une demie-livre !…

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable