mardi 26 juillet 2016

Exergues possibles pour des mémoires désobligeants, 66


"D'après pas mal de gens, et puis d'après des statistiques, et puis d'après mes lectures, la prison contre les murs de laquelle je me cognais la tête tous les jours, c'était ce qu' on appelle, en général, la vie. Oui, c'est comme ça qu'on l'appelle, à ce qu'il paraît"
Jérôme de Jean-Pierre Martinet.

3 commentaires:

  1. J'espère que vous ne ressemblez pas trop à ce Jérôme-là! Martinet, trop tôt disparu, a laissé des livres qui marquent; c'est noir de chez noir, au stade terminal du désespoir, copieusement arrosé au whisky . A lire aussi (sauf si on est sous antidépresseurs) "L'Ombre des forêts" et "Somnolence".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ..."La Somnolence"...mes souvenirs de lecture datent un peu :)

      Supprimer
  2. En tout cas elise on a bien noté, et qu' aucun bon auteur ne vous échappe et que celui -ci requiert toute notre attention :)

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable