lundi 4 juillet 2016

Brexit: c'est dur d'être défendus par des branques

Bon, la principale leçon du Brexit, c'est que si on veut quitter ce cauchemar libéral que représente l'UE, il faut éviter de le faire avec des libéraux. 
Des libéraux qui sont lâches, boutiquiers, incompétents, alcooliques et franchement racistes. Je dis ça parce que quand même, le FN qui est un peu tout ça, est discrètement mais solidement en tête dans les sondages et que pour le reste Farage, Cameron et Johnson sont devenues des pubs vivantes pour Bruxelles, ce qui confine à l'exploit par les temps qui courent.

7 commentaires:

  1. Ami brexiter, sauras-tu reconnaître parmi ces freaks auto-détruits Farage, Johnson, Cameron et même Corbyn qui a tellement mal géré son parti qu'il va finir viré comme un malpropre ?
    Il parait que le libéralisme était imposé par l'UE ?! Même pas encore sortis officiellement les Anglais invitent les multinationales à s'installer chez eux à peu de frais (15%, comme en Irlande), histoire de mieux dépouiller le modèle social européen, et Osborne vient de déclarer officiellement le UK paradis fiscal du monde. Il ne sait tout simplement pas comment s'en sortir. Quelle pitié.
    ça ne réhabilitera pas l'UE, ou plutôt les dirigeants des Etats membres de l'UE, qui feraient mieux de jouer profil bas et reconstruire sur les ruines dont ils sont entièrement responsables, mais si ça pouvait déconsidérer à jamais tous ces populistes qui mènent les gens en bateau...
    N

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A mon avis, les brexiters sont majoritaires dans la classe moyenne et ouvrière appauvrie et laissée pour contre par l'ultralibéralisme - planisme ( oxymore mais vrai) des technocrates européens finalement embauchés par Goldman Sachs ( ex Baroso!!!!)

      les "spins doctors" de Blair ( ignoble personnage) c'est terminé, pour cette raison.
      La future PM ne pourra pas être "tatchérienne"...les votants populistes sont, pour beaucoup, des gens du peuple, ceux qui votent sanders ou trump.
      ...mais ce n'est qu'un avis

      Supprimer
  2. Pour Johnson, on savait qu'il n'avait pas tellement envie de devenir PM ...

    « Mes chances de devenir PM sont à peu près aussi importantes que celles de retrouver Elvis sur Mars ou que je me réincarne en olive. » Boris Johnson

    J'ai trouvé ça là : http://www.causeur.fr/boris-johnson-reac-drole-anglais%E2%80%A6-17378.html

    L'UE de Kouchner et Cohn-Bendit est finie. Pour s'affranchir d'un retour idolâtre des nations, il va convenir de trouver vite quelque chose ...

    RépondreSupprimer
  3. Les "populistes" ne sont pas pires que les autres, il y en a de tous les bords, et si on pouvait faire confiance aux politiciens, depuis le temps qu'ils entubent le peuple, ça se saurait.
    Non, ce qui me trouble, c'est cette nouvelle tendance anti-alcoolique chez Jérôme, de loin ce qui m'a le plus marqué dans l'article ci-dessus. Ça y est, tu passes à la Badoit plein temps ? Fini les grands crus, le single malt, l'aquavit avec les fruits de mer ? La Westmalle triple avec le gibier ? Je n'ose y croire ce serait un jour de deuil pour les révolutionnaires du monde entier.

    RépondreSupprimer
  4. Il y a plus d'humanité chez les personnages du film de Browning que dans toute la clique politicienne européenne: c'est faire affront à leur mémoire que d'oser cette comparaison!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez parfaitement raison. Proposez moi une image dans le même esprit cinéphilique qui ne soit pas un contresens, et je remplace celle-ci aussitôt.

      Supprimer
  5. A contre sens peut être, mais l'esprit souffle où il veut, après tout.
    Je vous recommande cette merveilleuse interprétation de scriabin par Richter, et vous laisse la surprise de découvrir qui est l'un des commentateurs...

    https://www.youtube.com/watch?v=LBYIxhnnQi4

    La question de toute les questions n'est pas économique, mais culturelle, c'est à dire vivante....

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable