mardi 24 mai 2016

"Otage, mon cul!"



Raymond Queneau, Zazie dans les raffineries.

12 commentaires:

  1. Pas de coup de pompe pour la solidarité :)))

    RépondreSupprimer
  2. La CGT, le plus grand syndicat, ne compte que 750 000 adhérents sur vingt millions de travailleurs salariés et représente environ 0,37 % de la masse salariale.
    Elle n’est présente que dans les milieux douillets et stratégiques, la fonction publique et les multi-nationales.

    N’empêche qu’en bloquant les accès routiers avec un minimum de grévistes, elle prend en otage 65 millions de français !
    Voilà la réalité.
    Ce n’est plus du syndicalisme, mais du terrorisme..!^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi vous venez vous étaler ici avec ces conneries éculées. Je laisse votre commentaire comme butte témoin de la connerie pure et de la pensée en pilotage automatique. Un conseil: trainez près d'une station service, vous allez bien tomber sur un larbin de BFM pour un joli micro-trottoir poujadiste.

      Supprimer
    2. Ne dites pas "blocage des routes ou des raffineries",
      dites "49.3 citoyen" !

      Supprimer
    3. Amalgamer la non violence de la grève qui démontre par le vide à quel point le rôle social des travailleurs et déterminant et mérite la plus haute considération ( ce qui est l'inverse en vrai) avec le terrorisme c'est une honte. Honte sur vous crapule.
      Quant à votre sens de l'honneur, allez donc l'incarner par les faits par ceux là même qui ont tant donné à Daesch en semant la mort en Libye, Juppé, Sarko, BHL et on en reparle.

      Supprimer
  3. Il apparaît que le gouvernement et la presse veulent faire penser que la CGT est isolée alors qu’en réalité ce n’est pas du tout le cas.FO, FSU, Solidaire, SUD, l'Unef ... ne lâchent pas le morceau. On tente même dans Ouest-France d’aujourd’hui de nous ressortir Berger de la CFDT qui s’insurge contre les piquets de grève. Tous dans la rue demain. A Nantes ce sera devant Saunier-Duval.

    RépondreSupprimer
  4. - Je suis dans ma tranchée
    D'ici, je les imagine
    Là-bas, les planqués
    Des poux, de la vermine

    - Allez vous faire buter
    Par les casques à pointes
    Crevez sans déserter
    Vos femmes sont sans crainte

    - J'ai froid, j'ai peur
    Je suis patriote et mutin
    Je n'aime déjà pas Pétain
    Je veux voir des fleurs ...

    - Courage nous sommes là
    On chante la Marseillaise
    Pour vous il y a des ola
    Et vos femmes, on les baise

    - Eh toi le guinéo-malien
    T'es mon pote et mon soutien
    J'ai noué avec toi un dernier lien
    Et maintenant, il n'y a plus rien

    - Je souris avec toi, le Gaulois
    Tu es mon ami, mes rires et ma joie
    Tu meurs aujourd'hui, bien sûr
    La France est belle avec les ordures

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. putain singe vert, je chiale de bonheur face à une telle beauté

      Supprimer
    2. Je l'ai écrit en pensant à toi !

      Supprimer
  5. La CGT compte plus de militants encartés que l'ensemble des PS, LR et FN... Comme quoi, en matière de représentativité et de légitimité, certains médias et perroquets feraient mieux de la fermer.

    RépondreSupprimer
  6. Au-delà de la représentativité de la Cégète, et des flonflons des "justes luttes", toujours discutables et improuvables par des chiffres, ce qu'on peut relever d'intéressant dans la réflexion de Jérôme, c'est l'aspect linguistique: "prendre en otage" est une hyperbole média, répétée à l'envi, et comme tout le vocabulaire de la Novlangue, très douteuse dans son exagération: quand on est otage, la vie est en jeu, ce qui est un peu différent.

    RépondreSupprimer
  7. Vous avez raison.
    "Chantage" est plus neutre et plus juste.
    Encore que, quand la "vie" d'une entreprise est en jeu, et sans carburant les plus modestes coulent en quelques jours, là on peut parler de prise d'otages.

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable