dimanche 29 mai 2016

Bref retour à Lille

Bref retour à Lille depuis Lombez-Samatan avant de partir à Aubusson pour cette utopie concrète que sont les Nuits Noires. On aura décidément aimé le vieux jardin, comme disent les poètes chinois pour parler de la terre natale, d'un amour déraisonnable, joyeux, inquiet. Mais on aura un peu serré son grand corps frais contre le nôtre avant qu'il n'achève d'être violé, au choix, par le libéralisme sans partage, les catastrophes écologiques ou le national-pétainisme le plus étriqué qui sent la sacristie, le charnier et en ce cent quarante-cinquième anniversaire du Mur des Fédérés, l'humeur massacreuse des nouveaux Versaillais.