vendredi 18 mars 2016

Chez Julien Gracq


 Depuis presque une semaine, à Saint-Florent-le-Vieil, entre Anjou et Bretagne, en résidence d'écriture pour écrire et rêver dans la Chambre des cartes.




Tu regardes le soleil se lever sur la Loire, l'île Batailleuse, les toits de Saint-Florent. Tu penses à ces dernières années, où tu as sillonné la France de part en part, entre résidences, festivals, salons et rencontres. Tu sais désormais l'incroyable et calme beauté de ton pays. Et tu sais aussi qu'il n'y aura pas de réconciliation possible avec ceux qui l'ont rendu tellement malheureux, pour aller vite les tenants presque psychotiques du libéralisme.
Voilà pourquoi tu mourras communiste, le coeur rouge, la rage au ventre, l'espérance au corps.
Pour le reflet profond du matin sur un toit de tuiles, pour le clocher d'une abbatiale dans le bleu, pour un gamin avec un cartable sur le dos dans une ruelle qui va vers le fleuve.

8 commentaires:

  1. Austère et beau, loin de la foule déchaînée...

    RépondreSupprimer
  2. Sur "Les terres du couchant"...

    Courage, Aldo !

    RépondreSupprimer
  3. Me rappelle quand à la mort de Gracq, François Bon avait lancé un travail d'écriture sur son site sur le devenir de la maison que la municipalité ne se décidait pas à acheter.


    RépondreSupprimer
  4. Ô ma France Ô ma délaissée
    J'ai traversé les ponts de Cé

    RépondreSupprimer
  5. Saint Florent est en Vendée, voyons. Hervé de Charette y a sa maison, on la voit du jardin, derrière l'église.

    RépondreSupprimer
  6. (monologue intérieur de Pauline qui parle à François Mareuil)
    Alors me voilà près la citadelle Vauban. On se promenait là, sous les remparts, dans les jardins. Les militaires qui font leur jogging, les mères de famille avec poussette n'ont pas changé. Tu aimais la littérature, tu disais que l'endroit te faisait penser à un roman de Julien Gracq.
    (Rendez-vous rue de la Monnaie, in "Les jours d'après" Contes noirs, Jérôme Leroy, la petite vermillon)

    RépondreSupprimer
  7. à Hervé, je préfère François de Charette, un personnage de Barbey, un Jugan. Comme rien n'est simple, ce défenseur de la Vendée militaire était franc-maçon et libre penseur.

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable