mercredi 3 février 2016

Plaisir d'Echenoz

On a beau me dire, Echenoz c'est toujours la même chose, outre que le dernier,  Envoyée spéciale est un excellent cru, à nouveau très manchettien, moi quand je lis un passage comme ça, ça me fait le même effet qu'un muscadet amphibolite de Jo Landron, le matin.  Je souris parce que c'est bien fait et que ça fait du bien.
"Ces derniers jours, du côté de Lou Tausk et de Nadine Alcover, rien n'est advenu de très neuf sauf que l'idée de partir au bout de monde s'est un peu estompée. C'est qu'à la réflexion, le monde avec ses guerres actives ou larvées, ces raideurs ethniques, politiques, religieuses, tribales, claniques, ses fractures nucléaires, sa mise en coupe réglée, son terrorisme et son tourisme et ses mêmes magasins partout, eh bien ce monde, on en reparlerait plus tard, on est très bien ensemble, et on n'est pas plus mal chez soi et allons donc baiser."
Jean Echenoz, Envoyée spéciale (Minuit)