vendredi 26 février 2016

Alain Bosquet et Gérard Schlosser

Alain Bosquet, Sonnets pour une fin de siècle

1 commentaire:

  1. Il ne veut pas d'identité, n'étant complice
    d'aucun destin. Sa joie serait qu'on le confonde
    avec sa lèvre ou sa muqueuse ou son genou.

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable