mercredi 27 janvier 2016

Tu viens, camarade Taubira?

Taubira s'en va.
C'est le meilleur des scénarios possibles. Les pires droitards vont se réjouir car ce sont des chiens de pavlov à courte vue. Ils ont tort. Elle va leur manquer. Puisse leur haine irrationnelle devenue sans objet ronger leurs entrailles pétainistes pourries. 
Les socialistes, eux, vont apparaitre pour ce qu'ils sont sans leur alibi préféré: des larbins libéraux-sécuritaires, qui démantèlent le code du travail à l'abri de l'état d'urgence tout en prônant la déchéance de la nationalité.
Maintenant, la bonne nouvelle, la vraie bonne nouvelle, c'est pour nous, à gauche de la gauche. Je ne vois guère qu'elle pour fédérer l'ensemble du mouvement de gauche radicale, façon syriza, et aller combattre en 2017, des Verts antilibéraux au FDG, loin des egos et des querelles de chapelle, sur nos valeurs. 
Cette réaffirmation fondée sur un "programme commun" pourrait inverser le rapport de force à gauche. Et qui sait, un second tour de rêve contre Marine Le Pen pour arriver à l'élection d'une femme noire à la présidence de la République. Dans cette France qu'on dit communautarisée, identitarisée, ce serait un joli renversement qui nous rappelle cette phrase de Guy Debord dans In girum: Alors que l'on voyait notre défense submergée, et déjà quelques courages faiblir, nous fûmes quelques uns à penser qu'il faudrait sans doute continuer en nous plaçant dans la perspective de l'offensive."
On t'attend, camarade.

8 commentaires:

  1. Oui, cher Jérôme, les choses sont ainsi, enfin, plus claires pour tout le monde. il était temps ! De là à imaginer CT en héraut des forces et vraies idées de gauche, puis en première présidente noire... L'espérance risque de susciter encore bien des désillusions, mais j'aimerais, pourquoi pas, me tromper...

    RépondreSupprimer
  2. "loin des egos et des querelles de chapelle" pas sûr, mais acceptons- en l'augure.
    Pour le moment le renversement se fait vers la droite, malheureusement.

    RépondreSupprimer
  3. j'aime regarder des photos.
    bonne soirée et bonne semaine.

    RépondreSupprimer
  4. Voir aussi :
    http://lesmaterialistes.com/demission-ministre-justice-taubira-post-moderne-cent-visages-opportunisme

    RépondreSupprimer
  5. Quand vous aimez quelqu'un vous vous feriez sécher sur place ainsi que l'on disait. Et finalement exciter la haine des imbéciles a toujours quelque chose d'amusant. Donc je vous comprends bien que n'étant pas d'accord.
    Y.

    RépondreSupprimer
  6. Jérôme Leroy j'aime beaucoup votre humour. Et je dis humour parce que je ne trouve pas de terme plus approprié. Qui dirait exactement ce que vous faites quand vous imaginez CT rallier les forces révolutionnaires :)

    RépondreSupprimer
  7. Oui, aujourd'hui, les présidents de la République sont "rebelles" et les ministres de la Justice sont "révolutionnaires". Puisque la vermine gauchiste a, depuis 40 ans et plus, fait du reniement une profession de foi, et que la liberté, c'est l'esclavage, pourquoi pas ?… Pourquoi est-ce que cette MINISTRE (!) ne serait-elle une nouvelle égérie bidon d'une libération bidon ?

    RépondreSupprimer
  8. Non Jérome, non.
    Mme Taubira n'a pas la classe et la détermination d'une Simone Veil, et ne s'attaque pas à des sujets aussi dangereux.
    Comme anarchiste conservateur ( voire réactionnaire, préférant Molière et Sade à Robespierre), le mariage homosexuel m'est apparu comme un non problème au regard de mon oeil "antique", pré Constantin; une louche satisfaction personnelle m'a même titillée à voir les "tirages de gueule" de la manif pour tous ( "et vlan, Paul de tarse, va te faire voir, toi qui eut été beaucoup plus heureux et beaucoup moins nocif si tu avais vécu tes amours désirées, avec un homme"..)

    Je dirais que Taubira m'apparaît , à titre privé, comme une coquine dévoreuse ( ce qui n'est pas pour me déplaire) et non une harpie puritaine et disjonctée en proportion.

    Mais sa politique pénale, dictée par une idée "réparatrice", "réhabilitatrice", fort prisée d'une tas de niais tels les canadiens, m'est insupportable: elle est une incitation, que dis-je une obligation, à la redoutable "identification à l'agresseur" ( décrite par Ferenczi).
    Idée baroque? Je laisse à chacun le soin d'examiner cette piste, s'il en a envie

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable