lundi 4 janvier 2016

Sur Jugan et les blogueurs de polar.

J'avais oublié de signaler cette chronique dans le blog du polar de Velda. 
Je la signale car non seulement elle est extrêmement pertinente mais surtout parce que j'ai été surpris par le silence assourdissant de la part des blogues de polar ou de roman noir autour de Jugan. Heureusement que ça a donné de la voix par ailleurs, dans la presse ou à la radio et notamment dans l'excellent Mauvais Genres de François Angelier qui n'a pas ce genre d'oeillères ou de paresse.
Mais j'ai été à vrai dire plus amusé que surpris: ce roman n'avait pas la casaque officielle d'une collection "spécialisée." Et après  ce sont les mêmes blogueurs qui viendront se plaindre de l'ostracisme dans laquelle la vilaine littérature blanche tiendrait le polar. On leur rappellera donc, gentiment, cette phrase d'un des plus grands écrivains du noir qui est depuis un bout de temps déjà un classique de la littérature américaine: "Il n'y a que deux sortes de livres: les bons et les mauvais."