lundi 11 janvier 2016

Nous sommes tous des majors Tom...


    
"Ground control to Major Tom
Your circuit's dead, there's something wrong
Can you hear me, Major Tom ?
Can you hear me, Major Tom ?
Can you hear me, Major Tom ?
Can you hear..."

4 commentaires:

  1. Michel Delpech est mort.
    David Bowie est mort.
    Johnny chante en hommage à Cabu et Wolinski.
    Décidément, janvier c'est la merde...

    RépondreSupprimer
  2. We can still hear you, Major Tom.

    David Bowie, c'est un inventeur ... Moi qui aime beaucoup les Rolling Stones, je reconnais à Bowie beaucoup plus d'inventivité ...

    C'est une triste nouvelle. Keith Richards est toujours en vie ... Il semble immortel, lui !

    RépondreSupprimer
  3. "Ashes to Ashes, Funk to Funky
    We know Major Tom's a junkie
    Strung out in heaven's high
    Hitting an all-time low"

    Je comptais repasser par ici depuis longtemps, mais je ne pensais pas que la mort d'un de mes chanteurs préférés en serait l'occasion.

    Autant le décès de Michael Jackson m'avait laissé indifférent parce que je ne l'écoutais plus depuis longtemps, autant là, je suis beaucoup plus atteint.

    J'ai entendu Bowie pour la première fois à 15 ans, c'est-à-dire dans une autre vie. Et je n'ai pas tardé à en faire, comme je l'ai dit plus haut, un des mes artistes préférés. A chaque fois que je découvrais une de ses chansons, le mot "découverte" avait un sens réel.

    Un exemple parmi d'autres, souvenir de mes 20 ans. C'était la fin des années 1990. J'étais complètement dégrisé et désanchanté par ce qui passait à la radio et sur MTV. En particulier, il m'était devenu impossible de fermer les yeux sur toutes les injonctions à acheter, acheter, consommer, consommer... que je me prenais dans la figure à chaque fois que je regardais un clip prétendument "rock" (clip réalisé le plus souvent par un publicitaire, ceci explique celà).

    Et puis j'ai écouté pour la première fois "Drive in Saturday" et "Ashes to Ashes". J'ai été émerveillé d'y retrouver tout ce qui manquait aux tubes de l'époque : sous la base rock, dépourvue d'artifices commerciaux, une véritable richesse dans les mélodies.

    J'ai encore tellement à découvrir de lui. Je vais prendre tout mon temps, patiemment...

    Au passage, bonne année à vous, cher Jérôme ! Et désolé pour mon silence qui est dû, en partie à mon couple, en partie à l'augmentation brutale de mes heures d'enseignement.

    RépondreSupprimer
  4. Ça fait une semaine que j'ai ressorti les vinyles et les CD pour me replonger dans l'œuvre de Bowie (la vraie: 1970-1979). Et un doute m'étreint: "Five Years", c'est une allusion au quinquennat de Hollande?

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable