mardi 19 janvier 2016

Lonely teardrops



Il y a effectivement de quoi pleurer, et de plus en plus. Le tout est de le faire avec élégance, désinvolture, distance. 
Un peu comme Johnny Flamingo.
Doo Wop.