vendredi 1 janvier 2016

Auguri!

 
A nos aimables et fidèles abonnés, une belle année 2016 même si la précédente nous incite à la prudence. Mais pour l'instant, il faut croire au déhanché, encore un peu.

"C’était un temps que je connaissais ; j’eus la sensation et le pressentiment que le jour de l’an n’était pas un jour différent des autres, qu’il n’était pas le premier d’un monde nouveau où j’aurais pu, avec une chance encore intacte, refaire la connaissance de Gilberte comme au temps de la Création, comme s’il n’existait pas encore de passé, comme si eussent été anéanties, avec les indices qu’on aurait pu en tirer pour l’avenir, les déceptions qu’elle m’avait parfois causées : un nouveau monde où rien ne subsistât de l’ancien… rien qu’une chose : mon désir que Gilberte m’aimât. (...)
Je revins à la maison. Je venais de vivre le 1er janvier des hommes vieux qui diffèrent ce jour-là des jeunes, non parce qu’on ne leur donne plus d’étrennes, mais parce qu’ils ne croient plus au nouvel an. " 

Marcel Proust, ALODJEF

4 commentaires:

  1. Le pays de janvier

    Je traverse le pays de janvier
    Il n'a plus de nom
    A peine des saisons
    Je traverse le pays de janvier
    Il faudrait retrouver
    Son histoire et ses filles mais
    Il n'a plus de nom
    Le pays de janvier en TGV
    A peine des saisons
    L'histoire et les filles tu sais
    Aussi n'ont plus de nom
    Je traverse le pays de janvier
    Je n'ai plus de nom ni de saison
    Et c'est comme si j'étais mort
    Dans un TGV en janvier.

    Jérôme Leroy, Sauf dans les chansons, La Table Ronde, 2015
    A Pauline Lapaque

    RépondreSupprimer
  2. Tanti auguri, Jérôme! Salute e Felicità per l'Anno Nuovo.

    RépondreSupprimer
  3. Cher Jérôme,
    Chaque surgissement, chaque écho, chaque appel survenant du passé est un battement de glace. La palpitation régulière d’une aiguille perçant l’âme, déchirant espoirs et envies. Les grands auteurs dépècent le lecteur, l’écorchent – laissant son âme à vif.
    Cet extrait de Proust est magnifique. Merci de ce partage.
    Meilleurs vœux à vous, sous les hospices des lettres et des arts.
    Le meilleur pour vos livres à venir. Très amicalement, Virginie

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable