mercredi 30 décembre 2015

Pic de pollution à Rome.

-C'est toujours étrange de s'apercevoir que le bonheur a existé, ou à défaut, un certain bonheur d'être au monde.
-Tu trouves que c'était mieux avant, vieux réac?
-Non, je dis juste que c'est pire maintenant.

2 commentaires:

  1. Vous allez dire un petit bonjour à Francesco?
    Non, on ne vous traitera pas de réac, vous écrivez tout simplement "amarcord" en filigrane de votre blogue, pour notre plaisir.

    RépondreSupprimer
  2. Une consolation, les filles sont toujours aussi belles (les garçons aussi d'ailleurs)... :)

    80 ans d'écart ça se voit :) ; ce qui m'intéresse, c'est quand un écrivain s'interroge sur A quel moment ça a basculé. François Taillandier avait commencé avec "Des hommes s'éloignent", a continué avec "La Grande Intrigue".
    J'aime profondément comment Antoine Maynard s'interroge sur "le monde d'avant" et "le monde d'après", comme il se demande "à partir de quand on ne s'est pas étonnés de voir les gens manger en marchant"... J'en oublie (presque) l'écrivain qui est derrière :)

    J'adore entendre Magali Noël chanter Fais-moi mal Johnny :)
    Elle aura éternellement vingt-quatre ans...


    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable