jeudi 31 décembre 2015

Paesaggio

En fait, c'était assez simple: un tableau réussi pour lui, c'était un tableau qui lui donnait envie d'entrer dans l'image et d'y rester une fois pour toutes. Et cet après-midi là, à Lucques, alors qu'il visitait une exposition sur Chirico et les Italiens de Paris, il faillit réussir son coup avec une toile de Renato Paresce. Un paysage de 1929.
Bon, ce serait pour la prochaine fois.

4 commentaires:

  1. La prochaine fois vous entrerez dans le tableau; vous resterez à Lucques. Et puis, un soir un peu brumeux en longeant la Via Fillungo, vous bifurquerez dans la Via Buia, la "Rue Obscure" (qui porte bien son nom, elle est si étroite qu'en étendant les bras vous pourrez toucher les murs qui la bordent) ;alors vous rencontrerez vos fantômes (d'amour), certainement celui de Fajardie car les fantômes voyagent, c'est connu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, chère elise. J'ai suivi vos conseils et je m'en suis trouvé bien, enfin façon de parler.
      Le Frédéric auquel je pensais était plutôt Berthet, en fait.
      Une belle année pour vous et merci, vraiment, d'accompagner ce blog avec une telle sympathie.

      Supprimer
    2. Merci pour vos voeux, Jérôme. Profitez de cette belle ville de Lucques, un peu mystérieuse; plus discrète que ses soeurs toscanes mais pleine de charme. J'y ai habité pendant deux ans
      quand j'étais étudiante.

      Supprimer
  2. Les fantômes d'amour de Romy et Marcello se rencontrent aussi le long du Ticino, vers le ponte coperto de Pavie.

    A l’an que ven! Bouano annado, bèn granado e bèn acoumpagnado! Longo mai! Se sian pas mai, siguen pas men.

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable