vendredi 4 décembre 2015

Les élégants


C'est l'heure du doo wop,  aimables abonnés. Que les nuits de l'état d'urgence vous soient douces. Profitez en pour retrouver vos amours perdues dans le Temps et les inviter pour un dernier slow. Vous êtes vous aussi des élégants, pour toujours. 
Enjoy.

1 commentaire:

  1. Ce qui nous est doux, c'est cette perpétuelle élégance de vos textes, dans vos livres et dans votre blogue. C'est beau et lumineux, ce nous est un éblouissement aussi certain que le soleil sur la Neva gelée à Leningrad. C'était encore Leningrad dans les années 80 :)

    Récupéré hier "Physiologie des lunettes noires" chez mes libraires (Florence & Julie). Vis avec depuis. Parcouru d'abord de façon aléatoire, puis lu "dans l'ordre", jusqu'à l'heure du dépouillement tout à l'heure, à la fermeture du bureau de vote. Dépouillement qui nous échoit aussi, à vous lire, on se défait de l'inutile qui embarrasse nos vies.

    Ce faisant, la lecture des lunettes noires, une infidélité (momentanée) à Antoine et Stanko qu'on lisait jusque là, en prenant le temps, comme avec l'Ange gardien. Le Temps de la pénétration, de l'éblouissement, du bonheur absolu.

    Merci pour tout cela, Jérôme Leroy.

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable