dimanche 13 décembre 2015

Le sursis

"L'avion s'était posé. Daladier sortit péniblement de la carlingue et mit le pied sur l'échelle ; il était blême. Il y eut une clameur énorme et les gens se mirent à courir, crevant le cordon de police, emportant les barrières.... Ils criaient " Vive la France ! Vive l'Angleterre ! Vive la Paix ! ", ils portaient des drapeaux et des bouquets. Daladier s'était arrêté sur le premier échelon : il les regardait avec stupeur. Il se tourna vers Léger et dit entre ses dents :
- Les cons ! "
Jean-Paul Sartre, Le Sursis.

3 commentaires:

  1. Les cons ! En effet, qui croient que le petit jeu va pouvoir continuer comme avant

    RépondreSupprimer
  2. Bernard Grandchamp14 décembre 2015 à 15:52

    Cher Jérôme Leroy,
    Hier soir, un ami très proche m'a envoyé par courriel ces mots de Plutarque, rapportant la victoire de Pyrrhus à la bataille d'Héraclée : "Les armées se séparèrent; et on raconte que Pyrrhus répondit à quelqu'un qui célébrait sa victoire que "encore une victoire comme celle-là et il serait complètement défait". Il avait perdu une grande partie des forces qu'il avait amenées, et presque tous ses amis et principaux commandants; il n'avait aucun moyen d'avoir de nouvelles recrues (...). Tandis que, comme une fontaine s'écoulant continuellement de la ville, le camp romain se remplissait rapidement et abondamment d'hommes frais, pas du tout abattus par la défaite, mais gagnant dans leur colère une nouvelle force et résolution pour continuer la guerre"...

    RépondreSupprimer
  3. Sous la plus du








    Nous eussions préféré, daté de 38, un solide réquisitoire contre Munich, signé par le futur grand "résistant" du café de Flore.Mais où ai-je la tête ?
    J.



    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable