lundi 7 décembre 2015

Doo Wop, plus que jamais...


L'heure du doo wop. Il est temps de laisser couler les larmes. Demain il fera jour. Good night and good luck.

5 commentaires:

  1. Oui oui, il va falloir analyser la tête froide.
    Henri Laborit nous apprend beaucoup de choses sur les comportements asociaux.

    L'expérience des rats relatée dans le film d'Alain Resnais : Mon oncle d'Amérique, montre les ravages de l'inhibition de l'action.
    https://www.youtube.com/watch?v=yMFmsYbwcLU

    Avec notre politique de moins en moins politique mais de plus en plus marketing économique, nous sommes dans une cage pyramidale où seule le sommet jouit d'une pseudo liberté.

    La base se prend les chocs électriques et ne peut fuir. La cage est bien fermée. C'est une sorte de réflex.

    Maintenant que les expériences de révolution violente ont échoué, et que la démocratie n'est plus que ruines, il faut inventer d'autres modes d'action pour sortir de la logique de partis de système ... Le PS, comme les Républicains, comme le FN sont des partis de système. Le système LR/PS se nourrit du FN et réciproquement, chacun étant le BigBrother/Goldstein de l'autre.

    Car c'est bien au dépassement de 1984 auquel on assiste maintenant que les rebellocrates ont pris le pouvoir. Chacun dirige à sa mesure un aspect social et accuse l'autre de contester son combat contestataire ...
    C'est le symptôme de l'anarcho fascisme. Une anarchie ou chacun se prétend victime tout en étant aussi bourreau ... Les rapports sont plus complexes ... Ce n'est plus droite contre gauche, prolo contre bourgeois, c'est Moi Je contre Moi Je ... Moi Je étant la copie conforme de Moi Je ...

    Fuyons donc comme nous y invite Laborit ... Fuyons là où nous pouvons, dans les livres, la musique, le rire, le bonheur, la joie, l'amour, la beauté ... Car ce n'est pas en une soirée qu'on efface des centaines d'années de civilisation. La France a quelques boutons d'acnée sur son visage, elle reste belle.

    Les structures autrefois démocratiques ne sont plus que les vecteurs de l'anarcho fascisme. Le peuple redeviendra le peuple lorsque chacun aura repris conscience ce qu'il doit à son frère.

    Aimons nous les uns les autres !

    RépondreSupprimer
  2. Physiologie des lunettes noires, Jérôme Leroy, Mille et une nuits, 2010 :

    "[...] Viendront aussi, après, la parodie rythm and blues et la parodie paranoïaque, à savoir les Blues Brothers et les Men In Black, et des revivals périodiques faisant des Wayfarer, qui étaient aussi les lunettes de Kennedy, le symbole d'un certain dandysme américain, et l'on sait depuis Edgar Poe qu'il n'est pas facile de vivre dans un pays schizophrène et protestant fondé sur la contradiction entre un égoïsme économique total et la peur panique de ne pas appartenir à une communauté.
    Tiens, puisqu'on parle de Kennedy, ce n'est pas un hasard s'il avait lui aussi un goût très prononcé pour les Wayfarer. On peut penser que la politique spectacle a commencé là, quand un président a eu les mêmes lunettes qu'Audrey Hepburn. Ceci dit, le style Kennedy, c'est tout de même quelque chose. Surtout quand il est en vacances à Cape Cod. C'est sans doute un des moments où les hommes ont été le mieux habillés de l'histoire de l'humanité, avec les Grecs anciens, peut-être. Les docksides, les pantalons chino, les chemises Arrow, le pull en cashmere bleu marine sur les épaules et, bien sûr, les Wayfarer. En plus, ce qui passait à la radio, ces années-là, c'était du doo-wop. Une certaine idée du bonheur."

    RépondreSupprimer
  3. Споконой ночью, c'est comme ça, que ça s'écrit correctement. Même les gaucho-communistes sont soumis à l'orthographe.

    RépondreSupprimer
  4. Désolée, cher Traducteur, d'avoir heurté votre sensibilité russophone...

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable