mercredi 23 décembre 2015

Christiane, c'est quand tu veux.

Taubira sauve l'honneur, sur une radio algérienne, ce qui ne me défrise pas plus que ça, à vrai dire, contrairement à certains qui pourtant regrettent l'Algérie française (incohérence habituelle chez le larbin raciste et bougnoulophobe). Elle s'oppose en effet à la déchéance de la nationalité pour les binationaux accusé de djihadisme ou pourquoi pas de syndicalisme (c'est la même chose aux yeux de l'état d'urgence). C'est une mesure abjecte moralement et symbolique sur le plan de l'efficacité et, de fait,  d'autant plus abjecte qu'elle est symbolique. Toute l'eau de la mer ne saurait effacer une tache de sang intellectuelle dit à peu près Lautréamont dans ses Poésies.
Le calice de la dérive droitière des socialistes aura donc été bu jusqu'à la lie en cette extrême fin 2015: la voilà, notre Christiane, aussitôt démentie par Hollande qui, aussi bête que fumier, prépare une Constitution autoritaire sur mesure pour son successeur qui sera probablement une ordure sarkolepéniste quelconque, que ce soit le VRP à gourmette ou l'Alessandra Mussolini version Montretout et fricadelle.
Oui, l'année finit en beauté, c'est un vrai carnaval des fumiers.
Christiane Taubira, je l'espère, va démissionner. Le fait qu'elle se soit tue sur l'état d'urgence prouve non pas sa complicité mais sa gêne palpable. Qu'on imagine un autre à sa place: il en aurait fait des tonnes pour aller dans le sens de l'opinion et jouer de sa popularité auprès d'une France droitardisée jusqu'à l'os après deux décennies de discours identitaire se substituant à la lutte des classes, pour le plus grand bonheur du capitalisme en crise systémique.
Moi, si cette grande républicaine, sociale et lyrique, avec une certaine idée de la France veut prendre la tête en 2017 d'un grand rassemblement de la gauche de la gauche, des frondeurs au NPA en passant par les écolos et mon cher et vieux Parti, je lui dis c'est quand tu veux, camarade ministre.  Ne serait-ce que parce ce que je te suis reconnaissant des quelques bouffées d'air que tu as données dans le cauchemar mal climatisé de ce Disneyland préfasciste qu'est devenu la France des années 10.
A demain, Christiane.

8 commentaires:

  1. J'espère qu'elle va se barrer de ce gouvernement d'ordures, elle s'est déjà trop compromise en restant jusqu'à maintenant. Je comprends pas, personne ne monte au créneau sur cette histoire de déchéance symbolique de nationalité. Quelle merde! Bonnes Fêtes quand même Monsieur Jérôme! Florence

    RépondreSupprimer
  2. De nombreuses associations d'éducation populaire demandent la levée de l'état d'urgence, qui n'a aucune pertinence dans la durée. Sauf à tomber dans des dérives très dangereuses que souligne l'article 16 de la Déclaration des Droits de l'homme et du citoyen : "Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n'est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai ! D'ailleurs, Jean-Marie Le Pen se satisfait du gouvernement des juges lorsqu'ils lui donnent le droit de rester président d'honneur du FN !

      Supprimer
  3. Quitter le gouvernement ? Mais pourquoi ? Elle ne se barrera jamais parce qu'elle y est très bien au gouvernement, sur quelle planète Mickey vivez-vous ? Avoir porté la seule promesse tenue de Hollande, être invirable car femme et de couleur, le contraire de Montebourg la tête à claques qui s'est retrouvé dehors avant de dire ouf, lui assurent à 100% le maroquin jusqu'en mai 2017. C'est tout ce qu'elle demande.
    Pour le reste, c'est une parfaite opportuniste, comment elle a pas mangé son chapeau ce matin !! Une leçon de cynisme, et avec le sourire encore.
    Taubira présidente, vous voulez Tapie premier ministre ? Elle disait quoi déjà "notre" Cri-cri ? "Une personnalité extrêmement puissante, une aventure époustouflante, un magnétisme mélé de brigandage". Le petit frisson en prime ! Ah quand elle aime, c'est pas à moitié !

    Dites merci à la mesurette constitutionnelle parfaitement inutile, elle permet à Hollande de se la jouer père de la Nation qui tient ses promesses et aux gauchistes de se faire des films à deux balles, elle n'empêchera jamais aucun des vingt fous furieux concernés de vous descendre s'il en a l'envie ou le commandement. Français ou pas Français, ils s'en foutent complètement tant qu'ils ont une kalachnikov en pognes. Une zastava M70 c'est 2000 euros en France, moins cher qu'un passeport qu'ils conchient aimablement, en vous emmerdant au passage.
    hugh

    RépondreSupprimer
  4. Il me semble que Mme Taubira s'est seulement fait la porte-parole de la position du président lorsqu'il pensait que le Conseil d'Etat n'acquiescerait pas à ce qu'il n'avait introduit dans le projet de révision constitutionnelle (la déchéance de nationalité pour tous les binationaux condamnés pour terrorisme) que pour donner des gages à la droite (son aile dure) à l'origine de cette proposition. Le Palais-Royal s'étant montré conciliant en estimant que la mesure ne portait pas atteinte au principe d'égalité, le président a désavoué sa ministre. Qui cela a-t-il étonné ?

    Mais je ne sache pas que la garde des Sceaux se soit émue du projet de constitutionnalisation de l'état d'urgence. C'est quand même un projet sans contrôle du pouvoir politique par le juge indépendant, estimé gênant.

    RépondreSupprimer
  5. Pas aussi enthousiaste que vous, Jérôme, pour la belle Christiane; elle aurait dû démissionner depuis belle lurette; quand on est en désaccord "sur le fond",surtout sur un tel sujet, on part; brillante, grande oratrice à côté de laquelle la plupart des politiques font pâle figure, elle galvaude ses convictions dans ce gouvernement; elle aime trop être sur la photo et les attributs du pouvoir.

    RépondreSupprimer
  6. Je crains que le camarade s'illusionne, ce qui m'étonne. A se demander si cet épisode n'a pas été préparé à l'Elysée pour donner plus de retentissement à la funeste décision de Hollande.

    RépondreSupprimer
  7. Un extrait du neuf-quinze de Schneiderman (du 24/12):
    "Taubira n'embarrasse nullement Hollande et Valls : s'ils n'avaient pas de Taubira sous la main, ils devraient d'urgence en inventer une. Attaquer Hollande et Valls en éludant la question de la responsabilité de Taubira n'a, simplement, aucun sens."

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable