lundi 23 novembre 2015

Etat de siège: Brussels experiment

Alors que Bruxelles, ma belle, entame son quatrième jour d'état de siège, on ne peut s'empêcher de penser, devant ce qui pourrait très bien être aussi une expérience grandeur nature de domestication de toute une population dans une démocratie made in 2015, à Guy Debord dans ses Commentaires sur la société du spectacle qui datent de 1988:
 "Cette démocratie si parfaite fabrique elle-même son inconcevable ennemi, le terrorisme. Elle veut, en effet, être jugée sur ses ennemis plutôt que sur ses résultats. L’histoire du terrorisme est écrite par l’État ; elle est donc éducative. Les populations spectatrices ne peuvent certes pas tout savoir du terrorisme, mais elles peuvent toujours en savoir assez pour être persuadées que, par rapport à ce terrorisme, tout le reste devra leur sembler plutôt acceptable, en tout cas plus rationnel et plus démocratique."

11 commentaires:

  1. Faudra aller raconter ça aux massacrés du Bataclan, ça devrait leur faire plaisir, cette petite leçon. D'autant évidemment que le " terrorisme " auquel pensait Debord en écrivant ça n'avait rien à voir avec celui de l'EI.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pauvre con qui fait parler les morts, tu leur aurais raconté quoi? Ton anonymat à la moraline pue le droitard qui ,avant le carnage, était en rivalité mimétique avec Daech pour dire pis que pendre de ces "bobos" hédonistes, lgbt, toussa...
      Alors tu sais quoi, fais comme tes amis, mets toi un bâton de dynamite dans le cul, allume la mèche et oublie-nous.

      Supprimer
    2. Je ne vais pas écrire une missive qui serait forcément moins bien ... En un mot : ni mieux, ni lettre !

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    4. Tu vois, c'est l'état d'urgence maximale sur mon blog. C'est ballot.

      Supprimer
    5. Jérôme,
      Vous faites bien. Les règles doivent être fixée par le taulier. Il y a une hiérarchie de la valeur et les textes d'anonyme sont à chier ...

      Très intéressante phrase de Debord.

      Dans cette concurrence pour la dominance, il faut, certainement réfléchir sur les processus de création d'EI, en même temps, bien sûr que de leur tomber sur la cafetière.

      Supprimer
    6. ça n'est pas antinomique
      l'EI est , partiellement , une création d'état
      pas le notre ,bien sûr ( quoique) mais celui d'alliés à qui on ne peut rien refuser ( hé oui,lorsqu'on vit au dessus de ses moyens , faut quelqu'un pour payer ses dettes)
      et par dessus tout , l'état a le monopole de la violence légitime, il est en passe d'obtenir celui de la violence illégitime
      en effet , mostéfaï , pois chiches , abaaoud et ces braves garçûs sont après tout des créations d'état , vronzisés malgré eux par la grâce du regroupement familial et du droit du sol et , donc, des fabrications étatiques

      Supprimer
  2. A lire :
    http://lesmaterialistes.com/declaration-commune-certains-aspects-attentats-paris-cmlmb-pcfmlm

    RépondreSupprimer
  3. Merci Jérôme Leroy, de rappeler ce texte de Debord.
    Je n'ai rien à ajouter sinon cet extrait d'un article du journaliste Pierre Barbancey (envoyé spécial en Irak d'un journal dont ceux que cela intéresse pourront toujours chercher le nom) :
    " (...) La guerre ne peut pas toujours se regarder à la télévision. Si on accepte qu'elle ait lieu ailleurs, alors il faut s'attendre à ce qu'elle nous revienne dans la gueule un jour.
    C'est pour cela qu'il faut la paix. Une politique internationale de la France dédiée à la paix, pas une politique de gendarme, vendeuse d'armes et de captation des richesses d'autres pays.(...) "

    Michèle Pambrun

    RépondreSupprimer
  4. Surveillés ? Mais nous le sommes déjà.
    Aucun besoin de scrutateurs.
    Nous nous auto-surveillons, nous nous guettons les uns les autres avides de la moindre défaillance chez le voisin.
    Nous sommes prêts à tout pour faire partie du show, même pour des miettes.
    Vous aviez écrit sur Causeur un excellent article mettant en parallèle le nihilisme des djihadistes et celui de notre société, vous avez également écrit des phrases très fortes sur notre époque dans votre article sur Bernanos.
    .

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable