mercredi 11 novembre 2015

11 novembre

"Il faut aller à Ypres
Il faut essayer de nommer les morts tous les morts
Il faut réchauffer les morts de dix-huit ans
Il faut réchauffer mon arrière-grand-père 
qui n'a jamais eu mon âge
Il faut lire les plaques les croix et nommer encore nommer
Il faut croiser les centenaires avec l'accent écossais et le coquelicot en papier à la boutonnière
Il faut se promener à Vimy sur la crête au-dessus du bassin minier dans la brume bleue et dorée
Un arbre pour un mort une forêt un mémorial immense et les noms les noms gravés encore les noms les noms des morts
Il faut que les larmes montent aux yeux pour la dernière relève
Nommer pour réchauffer nommer dans le bleu et l'or du ciel d'Artois du ciel des Flandres
Nommer les morts tous les morts"


Un dernier verre en Atlantide (La Table Ronde, 2010) 
 

4 commentaires:

  1. A acheter d'urgence et déposer sur les bancs des jardins de T. pour qu'ils se mêlent aux Fleurs...

    RépondreSupprimer
  2. Difficile de retenir ses larmes lorsque les clairons sonnent pour "The last post" à Ypres.

    RépondreSupprimer
  3. Ypres rassemble tout le monde dans une même émotion, et faut avouer que ça met un beau traczir

    RépondreSupprimer
  4. Comme chaque année, votre poème, cher Jérôme Leroy, est publié sur le blog de Nuageneuf, illustré de dernières images disponibles de Vimy et Notre-Dame de Lorette. bien à vous.

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable