jeudi 15 octobre 2015

Ballade des poètes du temps présent


J'ai des amis fragiles
poètes au rsa
ou rimailleurs précaires
écrivains noirs et rouges
trouvères en tégévé
en seconde classe faut pas rêver

J'ai des amis rageurs
qui continuent quand même
dans les sous-préfectures
hivernales à écrire
à l'hôtel de la gare
Une seule étoile faut pas rêver

J'ai des amis inquiets
la marmaille pas revue
depuis plusieurs semaines  
le livre à terminer
le poème oublié 
dans l'insomnie faut pas rêver 

J'ai des amis brillants
qu'on ne lit pas assez
poètes encore vivants
et quand ils viennent à la
médiathèque Crépuscule
cinq spectateurs faut pas rêver

(work in progress) 

à Frédérick Houdaer, Thierry Roquet, Heptanes Fraxion, Jean Marc Flahaut, Thomas Vinau et beaucoup d'autres, y compris dans le roman noir où il y a aussi des poètes et des trouvères précaires.




6 commentaires:

  1. La rue des Minimes est un poème, elle se descend en planant.
    à+
    fonzi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je confirme... Surtout qu'on vient juste de passer l'angle avec la rue de Joyeuse.

      Supprimer
  2. la poésie est un sale type
    qui demande de l'amour
    pour tous les sales types
    qui n'en demandent pas.

    Thomas Vinau

    RépondreSupprimer
  3. Merci, Jérôme. Mais sache que j'ai lâché la seconde classe du Tégévé pour un car Macron ! Et dedans, entre autres, j'y ai croisé Marlène Tissot, Grégoire Damon...

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable