mardi 22 septembre 2015

Point presse: Jugan dans l'Opinion Indépendante et dans la Quinzaine Littéraire.

On remercie vivement le toujours fidèle Christian Authier et la charmante Marie Céhere dont la valeur n'a pas attendu le nombre des années.

3 commentaires:

  1. Et l'on sent la jubilation de Marie Céhère ; cette jubilation du lecteur quand la littérature parle de la littérature. Quand l'écrivain écrit la littérature comme le peintre peint la peinture.

    Oui Jérôme Leroy, vous nous donnez Barbey, dans toute votre singularité et avec une grande liberté. Qui est la patte des grands.

    A l'instar de Nathalie sur la plage de Paros que son narrateur de mari voit comme une héroïne échappée du roman policier scandinave qu'elle lit, nous retrouvons dans Clotilde Mauduit du centre social de Noirbourg, la Clotte de Barbey, vieille femme paralytique qui connut Jéhoël de la Croix-Jugan (quand il avait son beau visage de saint Michel qui tue le dragon), et qui le raconte à Jeanne de Feuardent comme elle a toujours appelé Jeanne le Hardouey.
    Dans Geert le Hollandais qui vient apporter son vin blanc de la vigne aux vacanciers de Paros, on verrait bien maître Louis Tainnebouy de Saint-Sauveur-de-Vicomte, qui traverse la lande de Lessay avec le narrateur de Barbey.
    A deux pas de la cité HLM des Drakkards, quand le prof-narrateur fait réparer sa 306, la compagnie d’une vieille femme édentée nous évoque l'hôtesse du "Taureau rouge" dans la lande, et la "gamine de six ans à peine, crasseuse et mignonne", la petite fille en haillons qui jetait de la luzerne à une vache attachée par une corde de paille tressée au contrevent du cabaret.

    L'alchimie de l'écriture de "Jugan" nous ouvre un passage sur une vue immense, nous déplace d'une forme à une autre. Transfusion, capillarité, voie de passage. Nous sommes dans la danse du temps.
    Ce n'est pas un hasard si le narrateur de Jugan rêve beaucoup, s'il est à la remonte...

    RépondreSupprimer
  2. Cher Jérôme, seriez-vous charmé par le CLIC (clic)?

    RépondreSupprimer
  3. Non, cher Frédéric, pas du tout. Je préfère retenir que cet article est dans la Quinzaine qui n'est pas franchement du côté obscur de la Force.

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable